La mort n’est pas une fin

Christie, Agatha - La mort n'est pas une finFiche identité

  • Titre du livre: La mort n’est pas une fin
  • Auteur: Agatha Christie
  • Nombre de pages: 250
  • Édition: Le Masque

Résumé

L’histoire se déroule à Thèbes, 2000 ans av. J-C. Renisenb retourne chez son père après la mort de son mari. Tout semble être comme avant dans la demeure familiale mais l’arrivée de Nofret, la concubine de son père, sème la zizanie.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Pour ne pas rester sur ma dernière déception, j’ai choisi un autre livre d’Agatha Christie avec un titre qui suppose une intrigue palpitante.
Dès le début, une surprise m’attend car l’histoire a lieu en Egypte Antique et non pas en Angleterre. J’associe toujours Agatha Christie à cette ambiance british si particulière et j’étais un peu déçue de savoir qu’on ne le retrouverait pas ici. Qu’importe, je me lance quand même !
Les cinquante premières pages sont totalement insipides et servent uniquement à mettre l’intrigue en place. Ensuite, le rythme  change  et devient un peu plus dynamique. Des morts étranges se produisent et personne ne semble être à l’abri. Mais d’où vient ce malheur ? Une malédiction lancée par Nofret la concubine ou une âme noire et sombre habitant le domaine familial ? Ce huis-clos comporte tous les ingrédients habituels des romans d’Agatha Christie : un ou plusieurs meurtres, des mobiles divers, des personnages ni blancs ni noirs amoureux, pétris d’ambition ou  assoiffés de vengeance et de haine.
Malheureusement, le narrateur se focalise sur  Renisenb, une fille niaise et sotte,  pour développer l’histoire, ce qui à mon avis gâche un peu l’ensemble.
J’ai trouvé  cette enquête assez facile car j’ai réussi à deviner le coupable ; chose qui m’arrive très rarement !  Mais l’explication de son geste ne m’a pas entièrement convaincue.
J’ai senti qu’il y avait moins de subtilité et de magie dans ce roman. Le style d’écriture est décevant, en espérant que la faute incombe à une mauvaise traduction. Le ton est mou, lent et plat et les dialogues sonnent souvent creux. Ce crime aurait très bien convenir à un autre décor plus contemporain.
Je ne recommande pas trop !

PS: comme je n’ai pas trouvé de couverture digne de ce nom dans les livres pour adultes, je me suis contentée de cet énorme serpent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *