Les belles endormies

Fiche identité

  • Titre du livre: Les belles endormies
  • Auteur: Yasunari Kawabata
  • Nombre de pages: 124
  • Édition: Le livre de poche
  • Année de publication: 1961

Résumé

Lorsqu’il franchit le seuil de la maison close, le vieil Eguchi découvre un endroit qui propose un service particulier : le temps d’une nuit, des vieillards peuvent dormir à côté de jeunes adolescentes nues, endormies grâce à de puissants somnifères.

Avis    

La littérature japonaise a cette particularité d’évoquer des thèmes originaux et inédits. Ce livre propose une histoire assez atypique : un lieu où des vieillards peuvent dormir à côté de jeunes adolescentes nues, inconscientes et amorphes grâce à de puissants somnifères. 
Eguchi, grâce aux recommandations d’un ami, y passe une nuit, puis ensuite devient un client régulier. Chaque fois, il se retrouve seul avec une adolescente endormie profondément à côté de lui. Ces nuits entraînent un flux de souvenirs : chaque odeur, chaque geste lui rappelle son passé amoureux. 
Il y a un côté qui m’a mis mal à l’aise dans ce livre : la jeunesse des filles laissées à la merci de ces vieillards qui pourraient faire n’importe quoi de leurs corps (une vraie horreur !); l’obsession du narrateur pour la virginité des filles, etc. Certains passages sont malsains lorsqu’il imagine les violer ou même les étrangler sans que l’une d’elles ne puisse se défendre. Ça m’a vraiment donné froid dans le dos puisque les femmes ici ne sont que de vulgaires objets !
Le style d’écriture est descriptif et se focalise sur les souvenirs du narrateur. Le rythme est lent sans aucune péripétie. Au moment où il se passe enfin quelque chose d’intéressant, le livre s’achève brusquement et laisse le lecteur sur sa faim.
Pour conclure, je n’ai pas aimé ce livre ni les thèmes évoqués. 

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Le maître ou le tournoi de go

Un cadavre de trop

Fiche identité

  • Titre du livre: Un cadavre de trop
  • Auteur: Ellis Peters
  • Nombre de pages: 286
  • Édition: 10 x 18
  • Année de publication: 1979

Résumé

Cette histoire se déroule au Moyen Age, vers le XIIème siècle. Une guerre civile éclate en Angleterre entre la reine Mathilde et Etienne, un autre prétendant au trône. Cadfael, moine de l’abbaye bénédictine de Shrewsbury, assiste aux événements, car la bataille se déroule non loin de l’abbaye. La victoire d’Etienne entraîne la chute de la ville et donc, la pendaison de quatre-vingt-quatorze prisonniers de la garnison. Lorsqu’il arrive sur place pour les enterrer, il découvre qu’il y a un cadavre de trop.  

Avis    

En ce moment, j’ai besoin d’une lecture amusante, car je suis sur un essai historique assez dense. J’aime bien lire des enquêtes policières, tant que ça ne sombre pas dans des descriptions insoutenables.
On suit de nouveau le frère Cadfael dix ans après ma première lecture de cette série de romans, comme quoi rien n’est jamais perdu. On retrouve la lucidité, l’intelligence et la perspicacité de Cadfael dans cette enquête où plusieurs événements viennent chambouler son quotidien : l’arrivée de Godric, un nouvel apprenti ; l’invasion du roi dans la ville de Shrewsbury ; un cadavre de trop dans une pendaison de masse, etc. Cadfael est déterminé à retrouver le coupable bien qu’il dispose de peu d’indices. Heureusement, les événements vont tourner en sa faveur.
En plus de l’aspect ludique de l’enquête, le lecteur découvre aussi le contexte de l’époque : la guerre civile entre la reine Mathilde et le roi Etienne, tous les deux prétendants au trône ; la justice expéditive qui était réglée par un duel pour éviter un procès qui traîne en longueur ; le quotidien contraignant des moines bénédictins, etc.
Le style d’écriture est agréable, fluide et léger. C’est un livre qui se lit vite. Néanmoins, je pense qu’il y a trop de hasards « heureux » pour que ce soit une enquête complète, logique et méthodique.
A lire quand même pour se détendre !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Trafic de reliques