Tant que brillera le jour

Fiche identité

  • Titre du livre: Tant que brillera le jour
  • Auteur: Agatha Christie
  • Nombre de pages: 218
  • Édition: Le Masque

Résumé

Ce livre comporte neuf nouvelles d’Agatha Christie.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

En plus d’écrire des romans policiers, Agatha Christie s’est également aventurée dans les nouvelles. Nous en avons neuf dans ce court livre, mais elles sont de qualité inégale et de genre différent.
Il n’y a que deux enquêtes d’Hercule Poirot mais qui ont déjà été présentées dans d’autres recueils que j’ai lu auparavant. Ce fut ici une relecture puisque je connaissais déjà le dénouement.
Une des nouvelles intitulée « La maison des rêves » a un accent fantastique. D’autres sont plus conventionnelles : une comédienne célèbre qui tente de se débarrasser habilement d’un maître-chanteur, une romance assez fade dans un musée, un peintre tiraillé entre deux femmes, une vengeance qui tourne mal pour une femme jalouse, une chasse au trésor grandeur nature dans une île (la plus incompréhensible de tous) et une histoire d’amour tragique.
Ce livre est surtout fait pour les personnes qui souhaitent découvrir l’intégralité des œuvres de l’auteur et non pour les amateurs d’enquête policière. En tout cas, le style d’écrire reste agréable, fluide et léger. Un bon intermède pour moi avant d’attaquer des romans plus denses !

Michel Strogoff

Fiche identité

  • Titre du livre: Michel Strogoff
  • Auteur: Jules Verne
  • Nombre de pages: 499
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Le tsar convoque Michel Strogoff, un courrier, pour une mission de la plus haute importance : rejoindre Irkoutsk où se trouve le grand duc, son frère, pour l’avertir de l’invasion tartare et de la trahison d’un ancien colonel de l’armée nommé Ivan Ogareff.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

Lorsque j’étais petite, pour mon anniversaire, mes parents m’ont offert une cassette audio de ce récit. J’ai passé des heures à écouter et réécouter cette histoire, à rembobiner la cassette mille fois et à monopoliser la radio de l’étage en imaginant toutes les péripéties de Michel Strogoff.
Presque vingt ans après, je lis enfin ce roman de Jules Verne qui m’avait tant fasciné enfant mais mon avis est mitigé.
Malgré l’intrigue cousue de fil blanc, j’ai aimé suivre les aventures de ce courrier du tsar. Le trajet Moscou-Irkoutsk, d’environ 6 000 km, avec des moyens archaïques, en pleine invasion tartare, est un sacré périple semé d’embûches : voyage en télègue, traversée de fleuves avec un fragile radeau, orage violent en pleine montagne, attaque d’ours, traversée des marécages pestilentielles en cheval etc. J’ai retrouvé plusieurs émotions de mon enfance et j’ai imaginé une fois de plus cette steppe sans fin avec tous ses ennemis aux trousses de Michel Strogoff.
La scène qui m’a marqué enfant, à savoir l’aveuglement de Michel Strogoff, m’a fait une fois de plus frissonner d’horreur.
Mais, c’est une histoire bien naïve avec quelques invraisemblances et beaucoup de manichéisme. Michel Strogoff dispose de toutes les qualités et rencontre sur sa route une jeune demoiselle des plus courageuses et des plus vertueuses. On devine qu’une idylle va se nouer mais rien n’est au-dessus des ordres de l’empereur. En contrepartie, Ivan Ogareff est le symbole même du mal avec toute sa fourberie et sa cruauté.
Le style d’écriture est lourd, avec des descriptions très techniques et précises. On croirait lire un manuel de géographie lorsqu’il commence à décrire les villes et les paysages russes. Pour bien suivre ce voyage, je me suis procurée une carte de la Russie sur Internet que je consultais régulièrement.
Mine de rien, cette histoire m’a donné envie de voyager en Russie pour découvrir ses magnifiques paysages. Pourquoi pas, un jour, pour le plaisir de l’aventure, prendre le Transsibérien ?