Mamie Luger

Fiche identité

  • Titre du livre: Mamie Luger
  • Auteur: Benoît Philippon
  • Nombre de pages: 384
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Après avoir tiré sur des policiers à 6h du matin, Berthe Gavignol, 102 ans, se retrouve en garde à vue. L’inspecteur Ventura va recueillir les confessions de cette vieille dame qui avoue plusieurs crimes…

Avis     

Ça y est je suis entrée dans la cohorte des gens qui ont lu ce drôle de roman, mi-policier, mi-confessions intimes teintées d’humour.
Car Berthe, non seulement a tiré sur les flics avec un Luger (arme nazi interdit), mais cache des cadavres dans sa cave. Quand ses maris lui manquent de respect, cette dame d’un caractère assez vif a la gâchette facile et les voilà six pieds sous terre sans laisser de trace. La guerre aidant, elle n’a pas été inquiétée par la disparition soudaine de ces multiples conjoints. L’argument de Berthe est le suivant : à son époque, personne ne protégeait les femmes dans leur foyer donc elles devaient elles-mêmes se défendre. Bon, de là, à tuer son mari à coups de carabines pour un mot de travers ou un inspecteur des impôts trop inquisiteur…
Le plus amusant dans cette histoire est le ton irrévérencieux, insolent et plein de malice de la vieille dame. Elle a son franc-parler, un caractère de cochon qui donne à ce roman une saveur particulière.
Par contre, le scénario se répète : au bout du énième mari, on sent que ça devient moins passionnant, plus répétitif et lassant. Même le lecteur finit par s’habituer au crime et à cette fameuse cave.
Le style d’écriture est vif, léger et se lit agréablement bien.
Pour conclure, un roman original pour bien se détendre après une dure journée de travail !

Un café maison

Fiche identité

  • Titre du livre: Un café maison
  • Auteur: Keigo Higashino
  • Nombre de pages: 334
  • Édition: Actes Sud

Résumé

L’inspecteur Kusanagi enquête sur le décès de Yoshitaka Mashiba, empoisonné chez lui. Les soupçons se tournent vers sa femme qui, pourtant, a un alibi en béton car elle était chez ses parents à l’autre bout du pays.  

Avis     

C’est le troisième roman que je lis de cet auteur japonais. Cette enquête n’est pas palpitante car dès le début on connaît le coupable. 
La police, contrairement au lecteur, piétine dans la résolution de cette énigme. Si tous les soupçons se tournent vers sa maîtresse puis ensuite vers son épouse, l’exécution du crime reste un mystère. 
Si Hiromi, sa maîtresse, présente sur les lieux, aurait pu matériellement empoisonnée son amant, les motifs du crime la protègent. Inversement, Ayané sa femme avait tout intérêt à l’assassiner mais elle était à l’autre bout du pays.
En réalité, cette histoire est une succession d’interrogatoires des témoins et des éventuels suspects. On tourne en rond: il y a beaucoup de répétitions sans que la police aboutisse à quelque chose de concret. Sans l’aide de son ami Yukawa, un universitaire, ce crime aurait pu être parfait grâce à ce système ingénieux et original.
Même si le style d’écriture est léger, je trouve que ce roman manque de saveur. Trop de longueurs, des péripéties plates et sans rebondissements.
Bref, une lecture détente qui peut séduire pour les vacances mais sans plus.

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: La maison où je suis mort autrefoisLe dévouement du suspect X