L’inconnu du donjon


Fiche identité

  • Titre du livre: L’inconnu du donjon
  • Auteur: Evelyne Brisou-Pellen
  • Nombre de pages: 208
  • Édition: Folio Junior

Résumé

Cette histoire se déroule au Moyen âge, au cours de l’année 1354. Alors qu’il s’apprêtait à dormir sur le bas-côté de la route, Garin est mêlé à une bagarre entre des Français et des Anglais et se retrouve prisonnier au château de Montmuran. Lorsqu’un mystérieux prisonnier s’évade, Garin va devoir mener l’enquête pour prouver son innocence. 

Avis  

C’est avec un réel plaisir que je vous présente ce livre jeunesse, première découverte de cet auteur!
Nous suivons les traces d’un héros sympathique, un adolescent d’environ treize ans qui s’appelle Garin. Ce fameux garnement, curieux, impertinent et plein d’humour, se retrouve mêlé à une série de scandales dans un château. Bon, il a le don de se trouver là où il ne faut pas et d’écouter attentivement aux portes ! Que de secrets ne va-t-il pas apprendre grâce à ses oreilles indiscrètes !
Les péripéties se succèdent avec rapidité : un prisonnier qui s’échappe, des meurtres inexpliqués au château. Au fur et à mesure que l’inquiétude monte, Garin est de plus en plus soupçonné d’être un espion, au risque de se voir écorcher vif par les habitants du lieu !
Le style d’écriture est agréable, légèrement complexe quand même car il y a un champ lexical lié à l’univers du château et du  Moyen âge. J’ai, pour ma part,  dû feuilleter le dictionnaire pour mieux comprendre la signification de certains termes, et même trouver une image sur Internet. Je pense qu’il est important d’accompagner le jeune lecteur dans ce livre afin qu’il ne se décourage pas devant les mots difficiles.
Les illustrations sont belles et égaient bien le livre. En tout cas, c’est un roman intéressant pour les amoureux d’enquête au Moyen âge!

Le quatrième mur

Fiche identité

  • Titre du livre: Le quatrième mur
  • Auteur: Sorj Chalandon
  • Nombre de pages: 336
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Depuis qu’ils se sont rencontrés, Samuel et Georges sont devenus des amis très proches. Samuel, ancien metteur en scène en Grèce, rêve de monter la pièce Antigone à Beyrouth, en proie à la guerre civile. Lorsqu’il tombe malade, Samuel demande à Georges de continuer son projet.

Avis     

Ce livre fut un uppercut pris en pleine figure. J’ai passé une nuit blanche, avec les descriptions des scènes de guerre comme fantômes qui m’empêchaient de dormir. J’ai revu Georges, jeune idéaliste qui affronte son ultime combat, celui qu’il ne peut pas gagner.
Mais commençons par le début : Georges est le personnage principal de ce livre. Nous allons le comprendre au fur et à mesure : il revient sur son passé, son enfance solitaire et triste, un militant des années 68 qui le pousse à toutes les manifestations et à toutes les batailles contre le fascisme et toute forme d’oppression. Récemment père de famille, il commence enfin à se ranger jusqu’à ce que Samuel, son ami, lui fasse une ultime demande.
Georges veut réaliser coûte que coûte le rêve de son ami Samuel : jouer Antigone à Beyrouth, avec des comédiens venus des différentes communautés. Mais la guerre civile est là, sournoise, cruelle et imprévisible. Georges s’engouffre dans ce piège et n’en sort pas indemne! Je suis presque en colère contre ses deux hommes qui courent après toutes ces illusions au point de gâcher le bonheur à portée de main !
Antigone est le fil d’Ariane de ce livre mais la tragédie qui se joue est bien plus horrible. Je ne connaissais pas le contexte de politique de Beyrouth dans les années 1980 : c’est chose faite. J’ai eu froid dans le dos face à toutes ses atrocités et toutes ses horreurs.
Son style d’écriture est précis, mais fluide. Ces phrases sont courtes, parfois un peu hachées à mon goût.
Je pense qu’on ne sort pas indemne de ce roman : la vie est absurde ; la paix une illusion et l’art comme vecteur de paix un vain espoir qui s’envole à la moindre grenade. Un livre percutant à mettre entre toutes les mains !