Le jeu de la dame

Fiche identité

  • Titre du livre: Le jeu de la dame
  • Auteur: Walter Tevis 
  • Nombre de pages: 368
  • Édition: Gallmeister

Résumé

Lorsque sa mère décède dans un accident de la route, Beth est envoyée dans un orphelinat. Elle y apprend les échecs grâce à un concierge bourru. Prodigieusement douée, elle devient une joueuse professionnelle et consacre tout son temps dans des compétitions.

Avis     

Ce livre est devenu populaire grâce à la série sur Netflix. Comme je ne dispose pas d’un abonnement sur cette plateforme, j’ai choisi de privilégier la lecture d’abord. Que dire à part que je suis déçue !
On va suivre la vie de Beth qui est centrée exclusivement sur les échecs. De fil en aiguille, elle va participer aux tournois d’échecs, d’abord au niveau régional pour arriver petit à petit au niveau international. Les gains lors des tournois lui permettent de subvenir à ses besoins et d’avoir un peu d’argent de côté.
L’auteur décrit une jeune femme dévorée par sa passion, les échecs. Elle lit des livres sur ce jeu, retient des centaines de parties par cœur, visualise presque nuit et jour des parties et leurs combinaisons possibles. Mais en même temps, Beth se noie dans d’autres addictions, d’abord des tranquillisants et ensuite l’alcool. Beth m’a paru froide, peu attachante et les autres personnages suivent la même tendance. En fait, elle est presque décrite comme un robot obnubilé par une chose : la victoire. Le reste n’a que peu d’intérêt pour elle. C’est peut-être le plus dérangeant dans cette histoire : l’auteur essaie de susciter l’intérêt du lecteur mais je n’ai rien ressenti.
Il y a aussi beaucoup de passages techniques dans ce livre. Je connais les règles basiques du jeu mais sans plus. Lorsque l’auteur décrit les parties, avec les coups qu’elle enchaîne, je me suis ennuyée car je ne visualise pas à quel point c’était un exploit.
Le style d’écriture est technique, froid et plat. Rien de très palpitant à ce niveau. Il manque quelque chose, de l’émotion peut-être ? de l’empathie ?
Je suis surtout déçue car j’attendais sûrement trop de choses étant donné tout le ramdam fait autour de cette série. Je doute que ce livre, qui existe depuis les années 90, soit devenu populaire sans l’adaptation télévisée. 

Disparu à jamais

Fiche identité

  • Titre du livre: Disparu à jamais 
  • Auteur: Harlan Coben
  • Nombre de pages: 466
  • Édition: Pocket

Résumé

Il y a onze ans de cela, le frère de Will est accusé du meurtre de leur voisine. Il est en fuite depuis et  n’a plus donné aucun signe de vie, jusqu’au jour où sur son lit de mort, sa mère lui révèle que Ken est vivant.

 Avis     

En  panne de lecture, j’ai décidé de me tourner vers un thriller en attendant de retrouver l’inspiration.
Ce polar se concentre sur Will, un jeune homme assez sympathique qui travaille dans une association caritative. Son passé est marqué par la disparition de son frère, qui s’est enfui après être accusé du meurtre d’une voisine.  Mais cet événement qui s’est déroulé onze ans de cela refait de nouveau surface.
Le suspens est bien distillé : plusieurs rebondissements et des personnages plutôt sombres apparaissent et viennent bouleverser le récit. Les pièces du puzzle s’assemblent peu à peu au fur et à mesure que le récit avance. Certains sont des pièges si le lecteur ne fait pas attention. Toutefois, certains évènements me paraissent incohérents : pourquoi tout ce temps perdu à la recherche de Ken? Et si la police savait quelque chose à propos de McGuane, n’y avait-il pas un autre moyen de le coincer qu’un témoignage vieux de onze ans ?
Le style d’écriture est fluide et léger. Toutefois, malgré une fin assez surprenante, ce n’est pas un polar qui m’a marqué. On sent que l’auteur veut égarer le lecteur et l’emmener sur des fausses pistes.  Je trouve que l’auteur emploie toujours les mêmes recettes et peine à se renouveler.
Bon quoiqu’il en soit, ce livre reste un bon thriller qui vous détendra après une dure journée ou pendant les vacances !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Juste un regard