La toile d’araignée

Fiche identité

  • Titre du livre: La toile d’araignée
  • Auteur: Agatha Christie
  • Nombre de pages: 288
  • Édition: Le Masque

Résumé

Clarisse espérait passer une soirée tranquille après le départ de ses invités. Mais un cadavre découvert dans son domicile vient tout chambouler.

Avis     

C’est lors de la lecture de la préface que j’ai appris que ce récit est en réalité une pièce de théâtre transposée en roman. Cette métamorphose est bien faite puisque le lecteur est plongé dans un huis-clos dynamique, drôle et plein de rebondissements.
Quand Clarisse découvre un cadavre dans son salon, son premier réflexe est de tenter de le dissimuler plutôt que prévenir les autorités. Pourquoi ce geste inconsidéré ? Son mari attend un invité prestigieux donc elle ne souhaite pas gâcher cette occasion. Mais c’est sans compter l’arrivée inopinée de la police avertie des faits, des invités qui s’en mêlent, une voisine bien encombrante etc.
La situation devient de plus en rocambolesque : des malentendus surgissent; des imprévus ajoutent de la confusion aux mensonges de Clarisse et ses amis. C’est vraiment divertissant d’autant plus que le style d’écriture est fluide, agréable et plein de rythme !
Pour conclure, je rêve de voir cette pièce de théâtre !

Le serviteur du prophète

Fiche identité

  • Titre du livre: Le serviteur du prophète
  • Auteur: Mika Waltari
  • Nombre de pages: 606
  • Édition: Le jardin des livres

Résumé

Cette histoire se déroule au cours du XVIème siècle. Mikael, accompagné de son ami Anti, décide de faire un pèlerinage en Terre Sainte. En route, il est capturé par des pirates musulmans. Pour éviter de mourir, il se convertit à l’Islam.

Avis     

C’est le second livre que je lis de cet auteur mais ce sera le dernier. Bien que l’aspect historique soit bien restitué, il met en scène un personnage principal peu sympathique. Mikael semble naïf et bête mais en réalité, il m’est apparu comme un homme hypocrite, mesquin, jaloux et qui n’assume pas ses choix. A chaque fois, ce sont toujours les autres les coupables: lui, oh pauvre de lui, n’a rien vu, et subit avec résignation son statut d’esclave même s’il amasse des faveurs à chaque fois.  Quant au second personnage Giulia, l’auteur a tout fait pour la rendre détestable.
Le lecteur est plongé dans l’empire ottoman du temps de Soliman le magnifique : nous découvrons les jeux de pouvoir au sein du sérail, les guerres menées par le sultan pour étendre son empire et s’opposer à la doctrine chrétienne notamment le siège de Vienne, les pratiques musulmanes de l’époque etc.
Le style d’écriture est parfois lourd, brouillon donc je l’ai lu avec une certaine lassitude. Les péripéties semblent traîner en longueur, être trop rocambolesques mais c’est surtout la personnalité de Mikael qui m’a excédé !
J’oubliais presque de préciser que ce roman est le second tome des aventures de Mikael. Le premier tome est intitulé « L’escholier de Dieu » mais il n’est pas nécessairement utile de le lire pour comprendre cette histoire.
Ce ne fut pas une lecture marquante mais je tenais à finir ce livre pour partager mon ressenti. Dommage, pourtant l’idée de départ était bien !  

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Sinouhé l’Egyptien