Les quatre

Fiche identité

  • Titre du livre: Les quatre
  • Auteur: Agatha Christie
  • Nombre de pages: 187
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Alors qu’Hercule Poirot s’apprête à partir en Amérique du Sud, son ami Hastings lui rend une visite inopinée. Ensemble, ils vont faire face au groupe des « Quatre », une dangereuse organisation qui a pour objectif la domination du monde.

Avis     

Dans ce roman, Hercule Poirot est en prise avec un groupe de quatre personnes, quatre criminels à envergure internationale qui ne rêvent que d’une chose : prendre le pouvoir à l’échelle mondiale.
Ces criminels jouent à cache-cache avec lui et lui tendent des pièges, certains assez grossiers, afin de l’éliminer. La traque de ces criminels se complique pour Hercule Poirot car l’un d’eux, très astucieux, sait merveilleusement bien se déguiser. Les péripéties sont assez décousues car on ne comprend pas réellement en quoi ces gens sont si dangereux. Il est question d’une invention fantastique, de vols de minéraux rares mais ensuite le lecteur n’entend plus parler de ce sujet. Pour résumer, c’est un roman d’espionnage assez vieillot qui manque de saveur.
Hercule Poirot est des plus agaçants dans ce roman : pompeux, vaniteux à la limite du supportable, il est également condescendant avec son brave ami Hastings.
Heureusement le style d’écriture est agréable. Le livre se lit vite mais ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Le bouddha de banlieue

Fiche identité

  • Titre du livre: Le bouddha de banlieue
  • Auteur: Hanif Kureishi
  • Nombre de pages: 416
  • Édition: 10x 18

Résumé

Karim, est métis, fils d’un émigré indien et d’une mère anglaise. Il vit dans la banlieue sud de Londres, un endroit assez morne qu’il rêve de quitter pour l’effervescence du centre-ville.

Avis     

Voici un roman assez désopilant, un mélange  cocasse entre humour, sexualité, roman d’apprentissage et critique sociale. On suit les aventures de Karim, un adolescent partagé entre sa double culture et poussé par ses rêves d’émancipation. 
Lorsque son père s’amourache d’une autre femme et se transforme en gourou bouddhiste dans des salons de banlieue, c’est peut être l’occasion rêvé pour lui de se débarrasser de la poussière de la banlieue sud et de revêtir les paillettes de Londres. 
Pour bien comprendre ce livre, à mon avis, il faut être anglais et avoir vécu à Londres dans les années 70: certaines  références culturelles, musicales et sociales m’ont paru assez floues. En tout cas j’ai découvert une ambiance déjantée où la consommation de drogue et la sexualité (homo comme hétéro) étaient  libres et sans tabou. 
On suit les aventures de Karim mais ce jeune adolescent finit par être agaçant. Il est doté d’un sacré égoïsme qui est heureusement rattrapé par son sens de l’humour. Si la première partie du livre reste assez drôle, le second devient particulièrement ennuyeux lorsqu’il raconte ses débuts dans le théâtre, ses expériences amoureuses et sexuelles et son voyage à New-York pour rejoindre son ami Charlie.
J’ai plus apprécié les personnages secondaires comme Jamila sa cousine ou Changez le gendre imposé.  
Le style d’écriture est agréable, pétillant d’humour et d’ironie. Sans cela, j’aurai vite abandonné cette histoire british loufoque!