Le bal

Fiche identité

  • Titre du livre: Le bal
  • Auteur: Irène Némirovsky
  • Nombre de pages: 128
  • Édition: Hachette Education

Résumé

Les Kampf, pour faire étalage de leur récente fortune, décide d’organiser un bal. Leur fille Antoinette, quatorze ans, rêve d’y participer mais sa mère refuse catégoriquement sa présence.   

Avis     

Au moment où cette étrange année 2020 se termine, songeons à faire la fête et pourquoi ne pas organiser un bal ?
C’est en tout cas le projet bien ambitieux de ce couple de nouveaux riches parisiens, les Kampf, qui grâce à un coup inespéré en bourse, se retrouve à la tête d’une belle fortune. Ce bal serait la consécration de leur richesse, le meilleur moyen d’étaler leur réussite sociale aux yeux de leurs connaissances mondaines et familiales.
Antoinette, leur fille de quatorze ans, rêve d’y aller mais elle est d’emblée exclue par sa mère. Nous sentons que c’est une enfant délaissée qui subit les brimades continuelles de sa mère. Ce refus, la goutte de trop peut-être face au mépris et aux reproches quotidiens, provoqua ce geste délibéré d’Antoinette.
L’auteur décrit avec un réalisme saisissant les tourments de cette adolescente esseulée et amère. Elle se moque subtilement du couple Kampf, des gens sortis du ruisseau qui veulent à tout prix se parer des plus belles plumes du marché.
Le style d’écriture est agréable mais incisif. A travers cette courte histoire, à mi-chemin entre roman et nouvelle, on sent déjà le talent de cet auteur. Pour ma part, ce premier apéritif m’a donné envie de lire ses autres ouvrages !

Le pays du dauphin vert

Fiche identité

  • Titre du livre: Le pays du dauphin vert
  • Auteur: Elizabeth Goudge
  • Nombre de pages: 800
  • Édition: Phébus

Résumé

Cette histoire commence dans les îles anglo-normandes au XIXème siècle. Lorsque William emménage dans la rue du Dauphin Vert, il se lie d’amitié avec deux sœurs, Marianne et Marguerite, qui ont des tempéraments bien différents.
Lorsqu’il s’installe en Nouvelle-Zélande et écrit une lettre de demande en mariage, sa surprise est grande car la fiancée venue le rejoindre n’est pas celle qu’il attendait.

Avis     

Voici un roman que j’ai découvert grâce aux chaleureuses recommandations d’une lectrice qui tient un blog.
Il s’agit d’un long roman-fleuve qui se déroule sur une cinquantaine d’années et qui nous embarque dans une belle aventure sur plusieurs continents.
Cette histoire est celle de l’enfance, avec les jeux d’enfants, l’éclosion de l’amitié et de l’amour entre trois enfants. C’est aussi celle de la vie d’adulte, avec la rude existence des pionniers dans une colonie anglaise en Nouvelle-Zélande ou bien une vie de recluse pour celle qui est restée.
L’auteur développe ici trois personnalités distinctes :
– William, un gentil garçon mais nonchalant et tête en l’air. Son sens du devoir, son abnégation et sa générosité m’ont touché.
– Marguerite, une jeune fille vive et enjouée mais un peu faible de caractère.
– et Marianne, la personnalité la plus complexe des trois. Dire que j’ai aimé Marianne serait un mensonge car elle m’a souvent agacée : trop déterminée, trop ambitieuse, trop rigide. Sa force de volonté est son atout là où Marguerite n’est que douceur. Mais sans son courage, le cours de l’histoire aurait peut-être dévié…
Je ne peux pas en dire plus de peur de dévoiler par inadvertance ce récit. En tout cas, le lecteur plonge dans une ambiance colorée, un voyage en bateau, une vie de pionniers au milieu des Maoris, un triangle amoureux, des choix douloureux à faire etc.
Le style d’écriture est agréable, vif et fluide. Les descriptions des îles anglo-normandes sont magnifiques et donnent vraiment envie d’y aller. Même si l’auteur prend le temps de développer le caractère des trois personnages principaux, on ne s’ennuie pas dans cette histoire.
Ce fut un coup de cœur donc je le recommande principalement aux amoureux de la littérature anglaise.