Je suis l’empereur de Chine

Fiche identité

  • Titre du livre: Je suis l’empereur de Chine
  • Auteur: Tong Su
  • Nombre de pages: 275
  • Édition: Editions Philippe Picquier

Résumé

L’auteur nous raconte ici le règne fictif d’un empereur nommé Duanbai, monté sur le trône très jeune. Oisif, sans réel éducation pour régner, il devient vite un simple pantin aux mains de sa famille et de la cour.

Avis     

Empereur à l’âge de quatorze ans, Duanbai manque de maturité face à la charge de pouvoir qui lui incombe. Jeune et innocent, il devient un instrument malléable au profit de sa grand-mère Dame Huangfu et de sa mère Dame Meng. Ces concubines le manipulent aussi.
Dans ce roman on découvre les fastes et dérives de la cour impériale ainsi que les luttes de pouvoir au niveau des familles. L’empereur dispose de tout pouvoir, peut exécuter ses sujets comme bon lui semble mais en même temps, il est enfermé dans sa prison doré, sous le joug des traditions, des coutumes et du code de bienséance.
Je frissonne d’horreur devant certaines pratiques ignobles de l’époque comme les concubines contraintes de se suicider lorsque l’empereur meurt afin d’être enterrée avec lui. Même schéma pour les servantes attachées à une maîtresse. Ou bien les enfants vendus par leurs parents pour survivre. Ou les garçons castrés pour servir d’eunuques à la cour.
Mais, je suis assez déçue par ce roman. Le personnage principal est antipathique et évolue peu. Les évènements mettent du temps à s’enchaîner si bien que je me suis parfois ennuyée.  La chronologie est un peu floue aussi.
J’ai trouvé le style d’écriture froid, plat, sans aucune sensibilité et poésie. L’auteur se contente de décrire les faits bruts.
Bon, c’est quand même un roman qui permet de découvrir les pratiques de la cour impériale chinoise donc à lire pour ceux qui seraient intéressés par le sujet.

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Epouses et concubines

Messages de mères inconnues

Fiche identité

  • Titre du livre: Messages de mères inconnues
  • Auteur: Xinran
  • Nombre de pages: 365
  • Édition: Philippe Picquier

Résumé

Xinran recueille ici le témoignage de dix femmes chinoises, qui par contraintes ou par choix, se sont séparées de leur fille. 

Avis     

Ce livre est poignant. Il raconte, en dix récits, issus de témoignages recueillis par Xinran, le sort des petites filles chinoises à leur naissance. Suite à une politique de naissance rigoureuse imposée par le gouvernement chinois combiné aux traditions ancestrales, mettre au monde une fille était une condamnation pour la mère et l’enfant. Je frémis encore de colère, d’horreur et d’effroi face à toutes les atrocités que j’ai lu.
L’auteur ne juge pas leur choix mais nous partage le désarroi, le chagrin et la douleur qui hante à jamais ces mères. Elle essaie même d’adoucir ces témoignages amers et tragiques.
Le style d’écriture est simple, agréable, avec quelques aspects didactiques qui permettent de mieux cerner la culture chinoise.
En tant que mère, ce récit ne m’a pas laissé indifférente. J’en ai même pleuré amèrement pour tous ces gâchis mais je n’arrive pas à lui donner le cinquième cœur. Peut être ai-je été trop affectée ?
Quoiqu’il en soit, je recommande ce livre à toute personne qui s’intéresse aux conditions des femmes !  

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: ChinoisesFunérailles célestes – L’enfant unique