Shining

King, Stephen - ShiningFiche identité

  • Titre du livre: Shining
  • Auteur: Stephen King
  • Nombre de pages: 570
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Jack Torrance, licencié de son travail de professeur dans une université, est engagé comme gardien de l’Overlook, un magnifique palace situé dans les Rocheuses. Il va y vivre avec sa femme et son fils Danny. Mais l’’hiver, l’hôtel est coupé du monde et des phénomènes inquiétants sont perçus par Danny…

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Stephen King est un de mes auteurs de jeunesse. J’ai lu la majorité de ces romans et j’ai passé des nuits blanches à trembler sous mon lit en imaginant tel ou tel créature se glisser furtivement dans ma chambre. Même maintenant, il suscite toujours le même engouement, les mêmes sensations et quoiqu’en dise sur lui, je le considère comme un excellent auteur.
Cette fois-ci on se retrouve isolé avec la famille Torrance, pendant l’hiver, à l’Overlook Palace, un hôtel de luxe. Tout se passe bien au début mais les évènements prennent un tour extrêmement inquiétant. Entre les visions cauchemardesques de Danny et l’agressivité manifeste de Jack Torrance, ancien alcoolique mais aussi écrivain raté, le cauchemar devient de plus en plus palpable.
J’ai aimé le suspens distillé par l’auteur, et d’ailleurs ce livre n’est pas que de l’horreur barbare et inhumaine. La psychologie joue un rôle très important et explique les motivations de chacun des protagonistes : l’auteur sait traduire non seulement les problèmes d’alcoolisme du père mais aussi les doutes qui taraudent sa femme concernant son mariage, ses relations avec sa mère ou le bien-être de Danny. En parlant de ce dernier, je dirais qu’il a été extrêmement bien travaillé par l’auteur : pour moi, il arrive à décrire les mécanismes de réflexion d’un enfant de cinq ans, qui ne comprend pas tout mais qui saisit bien plus de choses que les adultes l’imaginent. Son don le rend vulnérable aux phénomènes paranormaux de l’hôtel, comme une femme morte dans la baignoire de la chambre 217, des animaux de buis qui bougent ou une créature inquiétante le poursuivant avec un maillet de roque…
C’est un livre où on perd rapidement la notion du temps, où on a envie de savoir ce qui se passe, où on assiste à la  descente aux enfers des personnages, où on a le cœur qui bat à une vitesse folle et les mains moites dans certains passages. Le tout dans un style simple, clair, des dialogues dynamiques dans un décor sombre et maléfique.
Conclusion : à lire absolument !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog22/11/1963 – Brume – ÇaCoeurs perdus en Atlantide – Docteur SleepDômeLa petite fille qui aimait Tom GordonMarche ou crèveMiseryRêves et cauchemarsSalem 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *