Dôme

Fiche identité

  • Titre du livre: Dôme
  • Auteur: Stephen King
  • Nombre de pages: 1 584
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Du jour au lendemain, la ville de Chester’s Mill, dans le Maine,  est inexplicablement isolée du monde à cause d’un champ de force invisible, ressemblant à un dôme. Personne ne comprend ce qui se passe mais petit à petit, les choses s’aggravent dans le petit hameau.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Ce livre de Stephen King est particulier car nous sommes moins dans l’aspect épouvante/horreur. Dans cette histoire, l’auteur place des gens ordinaires dans des circonstances qui les dépassent et nous, lecteurs, comme des scientifiques de laboratoires, regardons leur évolution et les changements qui découlent de cet environnement inhabituel.
Ce n’est pas l’histoire d’un ou deux, voire trois protagonistes mais presque de celui de toute la ville. Il y a donc un foisonnement impressionnant de personnages, au point qu’on puisse être parfois perdu sur leurs noms. Il insiste beaucoup sur les relations qu’ils nouent entre eux et la place que chacun occupe au niveau de la commune.
Ce livre donne plus à réfléchir que ces autres romans car l’apparition de ce dôme infranchissable renverse le cours normal de la vie à Chester’s Mill : il évoque la tyrannie, la prise de pouvoir et la manipulation des masses qui est facilité par l’angoisse et la peur de l’inconnu qui animent les habitants de la ville.
Il y a un aspect très manichéen, avec un affrontement constant entre le bien et le mal : les gens méchants sont vraiment stupides, bêtes et manipulateurs tandis que  le « camp des gentils » regroupe des personnes sympathiques, auxquels on ne peut pas reprocher grand chose. J’aurai plutôt aimer qu’il navigue dans une zone grise et floue plutôt que cette opposition nette.
Mais quelques aspects m’ont quand même gênés lors de cette lecture. Premièrement je trouve qu’il y a beaucoup de longueurs car l’auteur s’attarde sur chaque habitant de Chester’s Mill et nous abreuve de détails, qui sont parfois inutiles. L’ensemble était long et la lecture fut parfois laborieuse, en raison du manque d’action ou de l’abondance de faits secondaires. Ensuite le style d’écriture est vulgaire. Certes, Stephen King emploie régulièrement un ton familier dans ces romans mais ici, j’ai senti qu’il y avait trop d’insultes, de clichés, de vulgarité…
La fin m’a aussi déçue !!! En fait, j’aurai préféré qu’il nous laisse dans l’inconnu jusqu’au bout au sujet de l’apparition de ce champ magnétique, car parfois, certains faits n’ont pas besoin d’explication rationnelle mais sont là, comme ça.
Je pense que ce livre ne fait pas partie des chefs-d’œuvre de Stephen King comme Shining ou Salem. Néanmoins, pour les plus courageux et ces plus grands fans, il en vaut quand même le détour !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: 22/11/1963 – BrumeÇa – Coeurs perdus en Atlantide – Docteur Sleep – La petite fille qui aimait Tom GordonMarche ou crèveMiseryRêves et cauchemarsSalemShining

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *