La petite fille qui aimait Tom Gordon

King, Stephen - La petite fille qui aimait Tom GordonFiche identité

  • Titre du livre: La petite fille qui aimait Tom Gordon
  • Auteur: Stephen King
  • Nombre de pages: 400
  • Édition: Albin Michel

Résumé

Lors d’une randonnée en famille sur la piste des Appalaches, Trisha décide de laisser un peu d’avance à sa mère et à son frère pour ne plus entendre leurs disputes quotidiennes. Mais en moins de dix minutes d’inattention, elle se rend compte qu’elle est perdue dans la forêt et que l’endroit devient de plus en plus isolé et inquiétant.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Il faut savoir que je suis une fan de Stephen King et que j’ai lu la plupart de ces romans. Je me rends compte qu’à chaque fois, il arrive à nous insérer dans un décor différent et a distillé aux compte-gouttes la sensation de peur. Certains livres sont mieux que d’autres, mais ce sera à vous de juger ensuite. Nous quittons Paul Sheldon emprisonné par une infirmière totalement cinglée (cf. Misery), pour nous retrouver dans la peau de Trisha, une petite fille de 9 ans.
Au début elle m’a profondément agacée: pourquoi cette idiote a-t-elle quitté le sentier ? Elle aurait pu attendre sagement les secours près du chemin au lieu de s’aventurer toute seule dans les bois ! Mais après avoir bien réfléchi, je me suis dit qu’à sa place, mon premier réflexe aurait été de courir pour rejoindre la trace des autres.
Donc, nous voilà en train de déambuler dans la forêt avec Trisha.  Petit à petit la panique s’installe, le chemin devient plus difficile et on a l’impression étrange qu’une ombre nous poursuit. Pour tenir le coup, elle essaie de capter  la fréquence radio qui retransmet en direct le match de base-ball des Red Sox où joue Tom Gordon, son idole. Ce sera sa seule bouée de sauvetage pour ne pas sombrer dans le délire et la peur totale. Et la nuit tombe…Et la faim et la soif sont de plus en plus présents…Et toujours cette sensation d’être suivie…
Alors, pourquoi une appréciation moyenne? Il y a quelques longueurs dans le livre, surtout pendant les matchs de base-ball où je n’ai absolument rien compris à propos des règles de jeu.
Conseil : à lire dans une forêt isolée où il n’y a pas de réseau pour les portables (et autres bidules) !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: 22/11/1963 – BrumeÇa – Coeurs perdus en Atlantide – Docteur SleepDômeMarche ou crèveMiseryRêves et cauchemarsSalemShining

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *