Docteur Sleep

King, Stephen - Docteur SleepFiche identité

  • Titre du livre: Docteur Sleep
  • Auteur: Stephen King
  • Nombre de pages: 540
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Qu’est devenu Danny Torrance après les tragiques évènements de l’Overlook Lodge ? Nous le retrouvons trente ans après, mais sa vie a pris un tournant peu reluisant. Il croyait se débarrasser des créatures maléfiques mais ceux qui possèdent le Don sont rarement tranquilles.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Ce livre est la suite du célèbre Shining, autre roman culte de Stephen King. Enfin, pas vraiment la suite, puisque nous ne retrouvons que Danny Torrance quelques années plus tard. Ce petit garçon a bien grandi, bien qu’il ait plus ou moins mal tourné : alcoolique – comme l’était son père – il erre de ville en ville et enchaîne des petits boulots ici et là.  Il finit par s’installer dans la petite ville de Frazier dans le New Hampshire et lutte contre son addiction. Tout semble enfin aller mieux mais le contact avec Abra, une jeune fille douée du Don, vient de nouveau chambouler son existence. Des créatures maléfiques, un mélange de zombies-vampires qui se font appelés le Nœud Vrai, traquent les porteurs de ce Don, qui constitue leur principal nourriture.
Cette histoire ressemble aux schémas classiques de Stephen King, avec un côté très manichéen où les bons se battent contre les méchants. Mais ce livre souffre de plusieurs faiblesses dont voici les principales:
– il y a trop de publicité et de marques citées volontairement. Déjà dans ces anciens ouvrages, il y en avait déjà pas mal mais, ici j’en dénombre presque une centaine. Je ne les reproduirai pas ici, mais trop c’est TROP !
– ces créatures maléfiques ne font pas peur : il manque ce piment de Shining ou de Salem, cette terreur psychologique qu’il arrivait auparavant à distiller et qui donnait des sueurs froides à tout lecteur. L’inspiration n’est-il plus là ou bien utilise-t-il la même technique jusqu’à l’usure? Bon, je vous le dis, ces zombies-vampires sont minables !
– le style d’écriture est trop vulgaire. Stephen King n’est pas connu pour utiliser un langage châtié mais il exagère au niveau de certains passages. Je trouve qu’il y a beaucoup de longueurs et de répétitions, que l’auteur étire trop le récit sur plusieurs chapitres et rajoute une abondance de détails superflus qui ne servent pas à grand chose pour l’intrigue.
En tout cas, je suis vraiment déçue par cet ouvrage qui n’a pas l’envergure de ces précédents chefs-d’œuvre.  Je ne le recommande pas, sauf aux fans de Stephen King !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: 22/11/1963 BrumeÇa – DômeLa petite fille qui aimait Tom GordonMarche ou crèveMiseryRêves et cauchemarsSalemShining

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *