De grandes espérances

Fiche identité

  • Titre du livre: De grandes espérances
  • Auteur: Charles Dickens
  • Nombre de pages: 606
  • Édition: LGF

Résumé

Pip, un jeune garçon orphelin, est élevé par sa redoutable sœur et son beau-frère Joe Gargery. Voué à une existence simple, sa vie va changer suite à sa rencontre avec un forçat évadé et une étrange dame, Miss Havisham.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Cela fait un moment que je n’ai pas mis à jour mon blog car ma vie professionnelle ne me permet pas de lire autant qu’avant. Toutefois, un livre se cache toujours dans mes affaires et je vous le présente enfin.
J’ai déjà lu un Dickens Noël dernier, qui était très court mais qui m’a énormément plus. J’ai décidé de renouveler cette expérience et je vous avoue, à mon grand regret, que j’ai un avis mitigé sur cet ouvrage.
Le style d’écriture était pourtant agréable. Je ne saurais vous expliquer comment mais il y a de l’humour dans sa façon de décrire les personnages, leurs caractères et les situations qu’ils traversent…et c’est cet aspect que j’ai le plus aimé dans cet ouvrage.  On découvre aussi une critique voilée de la société anglaise de cette époque : la vie dépensière des gentlemans, le pouvoir de l’argent, l’hypocrisie et la méchanceté des gens, les conditions de vie humiliantes des forçats ainsi qu’une description de la campagne anglaise et de Londres au XIXème siècle. Malgré tout, certains éléments m’ont empêché de savourer totalement l’histoire.
Premièrement, j’ai eu du mal à m’attacher à Pip, le personnage principal. Je le trouvais un peu passif, souvent trop timoré, puéril et d’une ingratitude extrême. Son comportement m’a beaucoup peiné, surtout vis-à-vis des gens qui ont pris soin de lui durant son enfance. Son héritage futur l’a monté trop vite à la tête et l’a dénaturé. Pourtant, il n’était pas méchant et quelque part, je me dis que c’était évident qu’il réagisse de cette manière. Je n’ai pas aussi compris cet amour fou qu’il ressentait pour cette peste d’Estella ni la fascination qu’exerçait sur lui Miss Havisham.
Ensuite, il y a des moments où j’ai eu du mal à rentrer dans le livre car il y avait des longueurs et j’avais l’impression de lire quelque chose de très décalé, de très fantasmagorique notamment lorsqu’il décrivait le château de Wemmick ou la vie de la famille Pocket. Même le manoir de Miss Havisham et l’ambiance macabre qui y régnait me paraissaient surréaliste et lointain.
La fin m’a un peu perturbée car je ne m’y attendais pas trop. J’étais un peu déçue pour Pip mais en même temps je me dis qu’on ne récolte que ce que l’on sème.
Bref, je ne sais pas trop si je dois vous le recommander ou non !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: David CopperfieldLa maison d’Apre-VentNicholas Nickleby –  Oliver TwistUn chant de NoëlUn conte des deux villes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *