Trilogie new-yorkaise

Fiche identité

  • Titre du livre: Trilogie new-yorkaise
  • Auteur: Paul Auster
  • Nombre de pages: 448
  • Édition: Actes Sud

Résumé

Ce livre comporte trois nouvelles : Revenants – Cité de verre – La chambre dérobée.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

J’ai entendu tellement de bien de ce roman. Partout ! Je me suis jetée dans cette lecture, comme une personne assoiffée dans le désert qui espère rencontrer un oasis. Hélas, ce ne fut qu’un mirage. J’ai eu beaucoup de mal à comprendre ce récit et à m’y intéresser. Tout au long de ma lecture, j’avais la sensation d’être perdu dans un labyrinthe et de ne plus trouver la sortie.
Il s’agit de trois nouvelles, qui sont à mes yeux, les variations sur un même thème : celui de la solitude d’un homme à New-York. Ces histoires sont différentes tout en étant pareils : les personnages quittent au fur à mesure la société pour n’être plus que des ombres, des fantômes, des âmes errantes dans New-York. Existent-ils toujours ou ne sont-ils que des songes et des souvenirs?
La nouvelle « Revenants » est la plus perturbante. Comme les personnages ont des noms de couleurs (Noir, Bleu, Blanc), cela crée d’emblée une certaine distance avec le lecteur donc il est quasiment impossible de s’identifier à eux. C’est étrange comme sentiment pour un lecteur.
Paul Auster est un auteur pour qui j’ai toujours eu des sentiments ambivalents. D’un côté j’aime beaucoup sa plume, son style d’écriture et je considère qu’il a un réel talent de conteur. Si un autre écrivain avait raconté ce même type de récit, j’aurai abandonné dès le début. Mais il a su me tenir, m’intriguer et je suis allée cahin-caha au bout de ce roman.
Mais d’un autre côté, je n’arrive pas souvent à saisir le fil de ses pensées. Je préfère être honnête en avouant que ces trois nouvelles m’ont déroutée tant elles sont complexes, alambiquées, indescriptibles et absurdes.
Pour terminer, je conseille ce livre à un lecteur aguerri, sinon c’est le naufrage assuré. Pour ma part, je ne peux que donner cette note moyenne, car même si l’ensemble ne m’a pas déplu, je n’ai pas accroché ferme non plus. Peut-être suis-je passée à côté d’un roman exceptionnel ?

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blogChronique d’hiverInvisibleLe livre des illusionsL’invention de la solitude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *