Invisible

Auster, Paul - InvisibleFiche identité

  • Titre du livre: Invisible
  • Auteur: Paul Auster
  • Nombre de pages: 312
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Un jeune étudiant, Adam Walker, fait la connaissance d’un couple énigmatique lors d’une soirée. Cette rencontre va déclencher un drame qui va bouleverser à jamais son existence.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

La première impression que j’ai eu en terminant cet ouvrage est l’exaspération, comme si l’auteur a joué avec mes nerfs pendant deux jours.
La première scène du livre semble banale mais, par je ne sais quel procédé, il m’a happé et entraîné dans ce bouquin, comme si j’étais prise dans un violent tourbillon. Plus je lisais, plus j’avais envie d’en savoir plus, de découvrir les secrets, de démasquer les mensonges et de connaître le dénouement.
L’année 1967 a marqué à jamais Adam Walker, et c’est cet événement qui sera le fil d’Ariane du récit car c’est dans un labyrinthe que nous emmène l’auteur. Ce livre se balade sur plusieurs époques et adopte plusieurs styles de narration qui s’emboîtent merveilleusement bien: il commence par la narration à la 1ère personne, puis bascule sur l’usage du « tu » (comme dans Chronique d’hiver) pour ensuite aboutir à un récit à la troisième personne et un journal intime. Que s’est-il passé ? Je vous laisse le soin de le découvrir vous-même.
J’affectionne beaucoup le style d’écriture de cet auteur qu je trouve agréable, fluide et d’une rare sensibilité. Il a un très bon talent de conteur et est capable de nous captiver jusqu’à la dernière page.
Cette note moyenne s’explique surtout par la frustration que j’ai éprouvé à la fin du livre : certaines questions resteront sans réponse, certains secrets à jamais enfouis et la frontière entre la vérité et le mensonge demeurera floue à jamais. J’aurai aimé une fin différente et j’ai ressenti un arrière-goût amer en refermant ce livre.
Pour conclure, voici ce que j’ai pu retiré de cette lecture : on ne peut pas tout savoir, on ne peut pas anticiper les réactions des gens car on ne connaît ni leur degré de sensibilité ni ce qui les motive vraiment ni leur passé ni leurs désirs secrets. Au fond, nous sommes des énigmes, mêmes pour nous-mêmes.
A lire ? Oui, pourquoi pas ?

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Chronique d’hiverLe livre des illusionsL’invention de la solitude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *