Le comte de Monte-Cristo

Dumas, Alexandre - Le comte de Monte-CristoFiche identité

  • Titre du livre: Le comte de Monte-Cristo
  • Auteur: Alexandre Dumas
  • Nombre de pages: 2 157
  • Édition: Gallimard

Résumé

Edmond Dantès, qui avait un brillant avenir devant lui en tant que capitaine, se retrouve arrêté suite à une dénonciation calomnieuse de deux individus, jaloux de son succès et de son futur mariage. Injustement accusé par le procureur du roi, il sera emprisonné à vie.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Je m’excuse de ne pas tenir ce blog à jour autant qu’avant mais en ce moment je suis vraiment très prise par ma vie professionnelle.
Cela fait quelques semaines que je suis en train de lire cet ouvrage monumental mais sensationnel !
C’est l’histoire d’un homme qui veut se venger des injustices qu’il a subi. Si au début il était attachant – et j’ai eu beaucoup de peine pour lui à ce moment là – il se métamorphose petit à petit en un personnage mystérieux, froid et parfois cruel. Sa façon de se venger est savamment étudiée et il frappe là où le bât blesse : au financier il arrache sa fortune, le juge sera victime de son excès de justice et le général honoré perdra sa réputation. Comme une araignée, Edmond Dantès va tisser patiemment ses fils et les actionner au moment voulu. Personnellement j’ai beaucoup aimé cet aspect du livre, avec toutes les intrigues qui s’enchaînent et le suspens à chaque chapitre.
Parfois, le personnage principal m’agaçait dans sa façon de se prendre pour la main de la Providence mais la fin était belle surtout lorsque Edmond écrit dans sa lettre : « …prier quelquefois pour un homme, qui, pareil à Satan s’est cru un instant l’égal de Dieu et qui a reconnu, avec toute l’humilité d’un chrétien, qu’aux mains de Dieu seul est la suprême puissance et la sagesse infinie….Il n’y a ni bonheur ni malheur en ce monde, il y a la comparaison d’un état à un autre, voilà tout…Toute la sagesse humaine sera dans ces deux mots : attendre et espérer. ».
Le pouvoir de l’argent sur la vie des gens est omniprésent dans ce livre et c’est fascinant de voir à quel point cette époque n’est pas si éloignée de la nôtre. L’auteur dénonce cette société matérialiste où tout n’est que culte de l’apparence dans la haute société bourgeoise et aristocratique, opportunisme et malveillance pour avancer dans sa carrière professionnelle, infidélité dans le couple, jalousies envers ses proches, rumeurs et cancans en tout genre qui remplissent la journée des gens…
Le style d’écriture est léger et simple: les mots coulent aisément, les descriptions alternent bien avec des dialogues intéressants. Néanmoins, j’ai noté quelques répétitions. C’est peut-être dû au fait que ce roman est tout d’abord sorti en feuilleton.
Il y a beaucoup à dire sur cet ouvrage mais je m’arrêterai là. Je vous incite vivement à le lire et à ne pas vous décourager devant le nombre impressionnant de pages !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: La reine Margot – Le vicomte de BragelonneLes trois mousquetairesPaulineVingt ans après

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *