Journal d’un amour perdu

Fiche identité

  • Titre du livre: Journal d’un amour perdu
  • Auteur: Eric-Emmanuel Schmitt
  • Nombre de pages: 256
  • Édition: Albin Michel

Résumé

L’auteur nous parle de son deuil après le décès brutal de sa mère.

Avis     

Ce livre est une autobiographie, celle de l’auteur qui nous partage son immense chagrin après le décès soudain de sa mère. Il ne surmontera ce deuil qu’après deux ans, avec des périodes difficiles, proches d’une dépression. Certains passages sont amères et tristes tandis que d’autres respirent l’espoir et l’envie de vivre.
Le thème de ce livre est proche de celui du roman d’Albert Cohen intitulé Le livre de ma mère. Mais là où Albert Cohen arrive à insuffler le doux parfum des souvenirs et la douceur de l’amour maternel dans ces descriptions, je trouve que l’auteur est nettement bien en dessous ce niveau. Si l’affection qui le liait à sa mère était forte, presque exclusive au détriment même des relations avec son père, l’auteur parle plus de lui que d’elle. Il décrit son amour pour sa mère, se penche et analyse ses propres émotions et sentiments. Ce procédé ressemble à une confession intime, mais parfois trop nombriliste et égocentrique à mon goût !
J’ai du mal à le dire proprement mais voilà où je souhaite en venir: là où Albert Cohen fait de sa mère le personnage principal, il la met en valeur et par ricochet on sent le profond amour qui les unissait. Ici j’ai l’impression que l’auteur veut à tout prix nous démontrer que la relation qu’il avait avec sa mère était unique mais ce qu’il écrit sonne parfois un peu creux.
Bon c’est comparer un chef-d’œuvre avec un roman de moindre envergure mais voilà le principal point qui explique cette note moyenne!
L’auteur évoque aussi sa carrière dans le théâtre et sa vie d’écrivain qui l’ont permis de tenir le coup.
Le style d’écriture est agréable, fluide. Mais je suis trop influencée par le roman d’Albert Cohen pour le trouver beau et poétique.
Je reconnais que mon commentaire est dur! Certains lecteurs s’extasient sur les nouveautés et oublient que des chefs-d’œuvre sur le même thème existent à portée de main, là depuis longtemps!

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: L’enfant de NoéLe sumo qui ne pouvait pas grossirL’évangile selon PilateMilarepaMonsieur Ibrahim et les fleurs du CoranOdette Toulemonde et autres histoires – Oscar et la dame en rose

Une vie

Fiche identité

  • Titre du livre: Une vie
  • Auteur: Simone Veil
  • Nombre de pages: 352
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Dans ce livre, Simone Veil, une femme politique française, nous livre son autobiographie.  

Avis     

C’est avec beaucoup d’émotions que je vous partage cette autobiographie de Simone Veil.  Quel que soit nos convictions politiques personnelles, je pense qu’on ne peut rester indifférent face à cette femme au destin exceptionnel.
Comment ne pas trembler devant l’horreur qu’elle a vécue à Auschwitz ? Sa capacité à se reconstruire et à aller de l’avant après cette épreuve nous montre à quel point elle est courageuse et déterminée.
Nous découvrons aussi son parcours politique : magistrat d’abord dans l’administration pénitentiaire, Simone Veil n’a pas peur de s’engager dans son poste, de bousculer les codes et de défendre les droits des prisonniers. Elle entre peu à peu en politique, d’abord en tant que ministre de la Santé où elle défendra le projet de loi sur le droit à l’avortement. Ensuite, elle s’engage dans les instances de l’Union européenne pour construire ce projet, celui d’une Europe de la réconciliation.
J’ai beaucoup aimé son style d’écriture : elle évoque certains évènements douloureux avec beaucoup de pudeur sans sombrer ni dans le pathétique ni dans la colère.
J’ai aimé aussi sa manière de nous partager ses convictions politiques et son opinion sur certains sujets dont le déficit de la sécurité sociale, les 35 heures, les réformes nécessaires pour la France, les prétendus défenseurs des droits de l’homme  etc… Certains politiciens se  sont faits égratignés, notamment François Bayrou.
Je l’admire pour son engagement dans le travail, à une époque où les femmes qui travaillaient étaient rares, surtout dans le milieu du droit où elle a évolué. Je pense que c’était une femme intelligente avec une force de caractère hors du commun.
Pour conclure, c’est une autobiographie je recommande à tout le monde, une vie avec des tragédies personnelles douloureuses mais aussi de belles réussites !