L’exploitation

Fiche identité

  • Titre du livre: L’exploitation
  • Auteur: Jane Smiley
  • Nombre de pages: 608
  • Édition: Payot et Rivages

Résumé

Cette histoire se déroule dans les années 1970 dans l’Iowa. Larry Cook décide sur un coup de tête de léguer son exploitation agricole à ses trois filles. Tandis que la benjamine voit ce don d’un mauvais oeil, pour les deux aînées, cette décision est la bienvenue et symbolise une sorte de récompense pour toutes les années où elles ont pris soin de leur père. Mais l’équilibre de la famille vacille peu à peu depuis ce cadeau empoisonné. 

Avis     

Malgré ce titre un peu austère, ce livre décrit avec brio les tensions qui peuvent régner dans une famille. Comme cadeau empoisonné, il n’y a pas mieux que la décision de Larry Cook de léguer son exploitation agricole à ses enfants. Depuis ce funeste jour, leur famille s’est progressivement délitée pour ne plus rien laisser à part des cendres.
Chaque personnage est finement travaillé, ciselé jusqu’au bout. Leurs traits psychologiques sont si réalistes qu’on a l’impression de côtoyer de vraies personnes en lisant ce livre.
Il y a d’abord la figure du père, qui prend peu à peu forme au fur et à mesure qu’avance le récit. En plus d’être un homme autoritaire, exigeant et violent, on découvre aussi un vieillard qui perd la tête et qui provoque, par son attitude, des querelles violentes au niveau de la famille. Jusqu’au bout, je me suis posée la question sur cet homme: est-ce un grand manipulateur qui aime semer la zizanie ou bien a-t-il réellement perdu ses facultés mentales? Vu ce qui s’est passé, je pencherai presque pour la première option.
A ses côtés coexistent trois filles dont l’une d’elles est la principale narratrice. Ginny, l’aînée, a des sentiments ambivalents: elle essaie d’être gentille, serviable et cherche à tout prix le consensus entre les membres de la famille. Pourtant, elle est rongée par la jalousie et l’envie tout en justifiant ses faits et gestes par les actions de sa cadette. Rose, la cadette, est plus impulsive, agressive et dure. Quant à Caroline, elle intervient peu mais est un noeud principal du conflit.
Lorsque les secrets sortent enfin de leurs tombes, j’ai eu beaucoup de peine pour les deux aînées. Quand les masques tombent, que reste-t-il ? Est-il possible de pardonner l’impardonnable, d’effacer les torts et d’aller de l’avant ?
Le style d’écriture est agréable, doux mais aussi vif et lucide. J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteur nous emmène dans les méandres de ce drame familial. Elle sait décrire avec brio les sentiments humains, la pression sociale, le silence oppressant et la chute des idéaux.
C’est un très bon livre qui mérite vraiment le détour!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.