Le sumo qui ne pouvait pas grossir

Fiche identité

  • Titre du livre: Le sumo qui ne pouvait pas grossir
  • Auteur: Eric-Emmanuel Schmitt
  • Nombre de pages: 96
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Jun est un adolescent révolté qui erre dans les rues de Tokyo après une fugue.  Sa rencontre avec un coach de sumo va modifier son existence.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

En panne d’inspiration sur le choix d’un livre, je me suis tournée vers ce roman pour adolescents d’Eric-Emmanuel Schmitt. C’est un auteur que je lisais beaucoup à l’époque mais que j’ai mis progressivement de côté pour découvrir d’autres écrivains.
Dans l’ensemble, cette histoire, écrite avec une plume légère et douce, est sympathique. L’intérêt quotidien que lui porte un vieux passant va sauver Jun d’une vie de clochard dans Tokyo.  Intégré dans  une école de sumo, il va  apprendre à maîtriser peu à peu ses émotions et ses sentiments.
Ce récit est trop court pour permettre à l’auteur d’évoquer pleinement la philosophie zen. Il tente de parler un peu maladroitement et surtout trop brièvement des problèmes qui entravaient la vie de Jun. L’art du sumo va l’aider à se débarrasser des pensées négatives, des préjugés et le réconcilier avec son passé et sa famille. On oscille entre livre jeunesse, fable ou conte spirituel et moral.
Le roman se lit vite même si on reste un peu sur sa faim. Je n’aime pas trop ce côté fleur bleue et ces «  happy ending hollywodiens ». Bon, c’est quand même un ouvrage accessible qui pourrait plaire à des adolescents !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: L’enfant de NoéL’évangile selon PilateMilarepaMonsieur Ibrahim et les fleurs du CoranOdette Toulemonde et autres histoires – Oscar et la dame en rose

Poil de carotte

Fiche identité

  • Titre du livre: Poil de carotte
  • Auteur: Jules Renard
  • Nombre de pages: 125
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Poil de carotte est le fils cadet de la famille Lepic. Mal aimé par sa mère, il nous raconte des bribes de son enfance.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Chaque chapitre, présenté sous forme d’anecdotes ou de courtes scènes, raconte des souvenirs d’enfance. La figure de la mère est omniprésente : réprimandes, coups avec une intensité plus ou moins variables selon son degré d’humeur, de multiples corvées qui lui incombent notamment sortir la nuit fermer le poulailler ou achever les bêtes ramener de la chasse par son père (l’horreur suprême !), des humiliations constantes comme l’enfermer dans sa chambre la nuit sans pot pour faire ses besoins ou carrément lui faire boire son urine lorsqu’il a malencontreusement sali les draps.
Ce livre m’a fendu le cœur. Depuis que j’ai mon petit bout d’homme dans ma vie, je suis devenue plus sensible à tout ce qui touche à la maltraitance envers les enfants. Je ne peux pas concevoir pourquoi une mère peut se montrer aussi cruelle, sadique et méchante envers son propre enfant. Qu’est-ce qui peut expliquer ce comportement ? Est-ce parce que c’est un enfant non désiré ou bien est-ce que son physique ingrat rebute cette femme ? Cette histoire me rappelle un peu celle de Hervé Bazin dans Vipère au poing.
Pour se protéger, et parce qu’il ne peut reproduire que ce qu’il connaît, Poil de Carotte devient aussi agressif, mesquin, menteur, violent et jaloux. De souffre-douleur familial, il finit par être cruel envers ses semblables et même avec les animaux, forme d’exécutoire peut-être face à toute cette haine et ce sadisme quotidien ?
Le style d’écriture est léger, doux et fluide. Malgré l’aspect tragique et malheureux de ce récit, l’auteur ne sombre pas dans le pathétique ni la colère. Au contraire, il jette un regard teinté d’ironie et d’humour. Le roman se lit très vite et convient aux adultes comme aux adolescents. Ces derniers risquent d’être touchés par toutes ces injustices, donc à mon avis, c’est bien s’ils peuvent échanger avec un adulte sur leurs impressions après cette lecture.
A lire ? Pourquoi pas ?