Le livre de ma mère

Fiche identité

  • Titre du livre: Le livre de ma mère
  • Auteur: Albert Cohen
  • Nombre de pages: 192
  • Édition: Gallimard

Résumé

L’auteur, à travers ce roman autobiographique, retourne sur les traces de son enfance où la figure de sa mère était omniprésente.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog      

Qu’est-ce que l’amour d’une mère ? Quelle est la relation que vit une maman avec son fils ? Autant de questions que je me suis posée depuis la naissance de mon petit bout d’homme. Ce livre, tombé à point nommé, a été un réconfort incroyable sur cette merveilleuse expérience qu’est la maternité.
L’auteur, suite au décès de sa mère, revient sur tous les souvenirs qu’il gardait d’elle. Ce livre est un hommage à sa mère qui l’aimait inconditionnellement. Tout chez cette femme n’était qu’amour pour son fils unique, comme les gestes quotidiens ou les petites attentions telles que préparer de bons petits plats, le tenir compagnie la nuit lorsqu’il faisait des insomnies, accourir à ses moindres besoins etc. Que de moments heureux passés ensemble durant son enfance ! Que de joie, de tendresse et de complicité !
Mais l’auteur regrette aussi de ne pas avoir su montrer à sa mère tout son amour lorsqu’elle était vivante. Il se reproche son indifférence, son ingratitude, ses lettres trop rares, ses colères lorsqu’elle s’inquiétait pour lui, le fait de l’avoir laissé seule au moment de sa vieillesse et de sa mort. Je pense que ce livre est un moyen pour l’auteur de faire son deuil, de « réparer » ce qu’il n’a pas fait et de se faire pardonner.
Le style d’écriture est poétique, lyrique, parfois grandiloquent mais toujours plein de tendresse et de nostalgie. C’est un roman qui montre toute l’étendue de l’amour maternel et de l’amour filial, loin des conflits qui entachent ce type de relation de nos jours et dont la littérature contemporaine est friande.
Pour toutes les personnes intéressées par ce thème, c’est un roman qui mérite le détour. Et pour toutes les mamans du monde, c’est un hymne à l’amour !

Qu’avons-nous fait de nos rêves

Fiche identité

  • Titre du livre: Qu’avons-nous fait de nos rêves?
  • Auteur: Jennifer Egan
  • Nombre de pages: 416
  • Édition: Points

Résumé

Cette histoire débute dans l’Amérique des années 70. Une bande d’adolescents, féru de punk et de rock, grandissent. Nous suivons leur existence via un enchevêtrement de nouvelles.

Avis     Coeur-blogCoeur-blog      

Qu’avons-nous fait de nos rêves ? C’est ce titre original qui m’a attiré vers ce livre. Je pressentais une succession de désillusions et d’échecs et mon instinct de lecteur ne m’a pas totalement trompée.
Ce roman est construit selon une structure assez originale, un mélange entre nouvelles et roman. Chaque chapitre se focalise sur un personnage, qui lui, a un lien avec le protagoniste évoqué dans le chapitre précédent. Ces liens sont parfois ténus  (ex : de simples connaissances) mais peuvent être également des relations amicales, familiales ou professionnelles. Il faut s’accrocher car le passage d’un chapitre à l’autre est parfois assez abrupt et déconcertant, d’autant plus que les personnages sont très nombreux.
Malgré cette construction recherchée, cette histoire m’a déçue. Beaucoup déçue pour plusieurs raisons. Le décor est un univers que je connais peu, celui du rock américain des années 60/70 où de jeunes adolescents naviguent entre musique, alcool et drogue. Avec très peu de références musicales dans ma tête, l’abondance des groupes et des célébrités cités m’a ennuyé plus qu’autre chose.
Ensuite, j’ai trouvé les personnages plats, sans consistance, une bande de tête à claques qui sont peu attachants. Ce sont des personnages égocentriques, centrés sur eux-mêmes et leur vie insipide n’est que le résultat de leur propre bêtise la plupart du temps. Mon commentaire est dur car je n’ai ressenti aucune sensibilité ni aucune douceur. Rien à voir avec le charme d’Olive Kitterdige qui a reçu également un prix Pulitzer !
Je n’ai pas été conquise non plus par le style d’écriture, trop mou, redondant et ennuyeux. Même si c’est un récit polyphonique, on ne sent pas le changement de personnage à chaque chapitre. Le ton reste toujours le même son monocorde et répétitif. Dommage!
C’est un livre qui m’a causé une vive déception. Sans une montagne de courage et de persévérance et un brin de curiosité, je ne serai pas arrivé au bout de ce récit. Pour conclure, un roman que je ne recommande pas !