Le peuple des rennes (Tome 1 à 2)

Fiche identité

  • Titre du livre: Le peuple des rennes (Tome 1 à 2)
  • Auteur: Robin Hobb
  • Nombre de pages: 560
  • Édition: Pocket

Résumé

Pour préserver son fils Kerleu de l’influence néfaste d’un chaman ainsi que des persécutions des autres villageois, Tillu s’enfuit loin de la tribu. Elle erre dans le Nord, luttant contre le froid jusqu’à sa rencontre avec une tribu nomade qui élève des rennes. 

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Ces deux tomes sont une catégorie assez hybride, ni totalement ancrés dans la fantasy mais sans être non plus un roman historique.
Le décor est celui de la préhistoire, au moment des périodes glaciaires où les hommes vivaient en tribu, chassant le gibier et se déplaçant au gré des saisons.
Il s’agit ici des tribulations Tillu, une femme qui a des talents de guérisseuse, accompagnée de son fils Kerleu.
L’auteur évoque, à travers ce dernier, l’autisme. Bien évidemment ce diagnostic ne pouvait pas être établi à cette époque mais les comportements de Kerleu semblent s’y rapprocher. Tillu aime son fils mais parfois a des accès de violence et de désespoir face à son attitude « différente ». Les deux sont ainsi marginalisés, ignorés et même persécutés par les autres en raison de la peur que son fils suscite.
Mais cette note moyenne s’explique par la lenteur du récit. J’ai eu du mal à m’attacher aux personnages qui sont stéréotypés et manichéens. Les événements manquent de vigueur. On est bien loin de la fantasy avec des quêtes, des combats et de la magie. Cette histoire s’apparente plus à un roman à l’eau de rose où la question centrale est : Heckram et Tillu finiront-ils ensemble ?
Quant à la magie, mis à part les rites chamaniques, il n’y a rien de très palpitant. Et encore être chaman semble n’être qu’une belle mystification pour avoir une place sociale confortable au sein des tribus.
Pour conclure je suis déçue de cette saga donc je ne vous le recommande pas! 

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: L’assassin royal (Tome 1 à 6)L’assassin royal (Tome 7 à 13)

Nocturnes

Fiche identité

  • Titre du livre: Nocturnes
  • Auteur: Kazuo Ishiguro
  • Nombre de pages: 304
  • Édition: Gallimard

Résumé

Ce livre est un recueil de nouvelles de Kazuo Ishiguro autour de la musique.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Les romans de Kazuo Ishiguro ont cette particularité de nous plonger dans une atmosphère mélancolique et triste. Ces cinq nouvelles ont pour principal fil conducteur la musique : que ce soit du jazz, du violoncelle, du saxophone ou de la guitare, on entend doucement la tonalité de chacun de ces instruments dans ces courts récits.
Des canaux de Venise aux places italiennes, de l’étage d’un hôtel luxueux d’Hollywood aux collines de Malvern en Angleterre, l’auteur s’arrête sur un pan de la vie de ces personnages à un moment délicat de leur vie : des couples dont la relation bat de l’aile, un jeune artiste qui peine à percer sur la scène londonienne et qui cherche l’inspiration dans la campagne, un violoncelliste envouté par les leçons d’une virtuose, un saxophoniste qui n’arrive pas à faire décoller sa carrière.
Je trouve que c’est l’ouvrage le moins réussi de Kazuo Ishiguro : on dirait que lui-même se sent à l’étroit pour développer et donner plus de profondeur à ces nouvelles. Il reste au stade descriptif et il manque un je-ne-sais-quoi pour rendre les personnages attachants et ces récits de vie inoubliables.
Pour conclure, je sors de cette lecture un peu déçue, d’autant plus que j’aime particulièrement cet auteur. Pour le découvrir, il est préférable de prendre ces autres romans comme Les vestiges du jour ou Quand nous étions orphelins.

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Auprès de moi toujoursLe géant enfoui Les vestiges du jourQuand nous étions orphelins  – Un artiste du monde flottant