Le docteur Thorne

Trollope, Anthony - Le docteur ThorneFiche identité

  • Titre du livre: Le docteur Thorne
  • Auteur: Anthony Trollope
  • Nombre de pages: 779
  • Édition: Points

Résumé

Cette histoire se déroule dans le comté du Barsethire. Mary Barton, de naissance trop basse et surtout obscure, est mise à l’écart par la famille Gresham, qui craint que leur fils unique l’épouse. D’ailleurs, les ladies manœuvrent pour le marier à une femme riche afin de sauver la fortune familiale, grevée par plusieurs dettes.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Il s’agit du second roman d’Anthony Trollope que je lis cette année mais je suis légèrement déçue. Et pourtant ce livre contient la plupart de tous les ingrédients que j’aime dans un roman : la campagne anglaise du XIXème siècle, une famille de petits nobles orgueilleux mais fortement endettés, une histoire d’amour impossible entre le jeune héritier de Greshambury et une orpheline sans le sou mais courageuse.
Mais il manque ce ton léger et vivace qui caractérise Jane Austen, d’autant plus que quelques longueurs viennent ralentir l’intrigue vers le milieu du livre. Je ne m’attarderai pas ici sur l’histoire, que vous devinez rien qu’en lisant le résumé. Tout tourne autour de cette question : Mary et Frank auront-ils un avenir en commun malgré leurs différences sociales ?
L’auteur évoque avec beaucoup d’ironie le problème des classes sociales qui minaient cette époque : l’origine sociale était un critère important qui décidait des relations amicales, donc bien évidemment des mariages. Être bien né (de préférence avec une longue généalogie connue de tout le comté), occuper une place estimée dans la société, voilà les piliers sur lesquels se basait cette aristocratie terrienne fière et orgueilleuse. Bien sûr, il arrivait que certaines familles sombrent dans la ruine à cause d’un train de vie disproportionné et alors dans ce cas, ces hypocrites fermaient bien volontiers les yeux sur l’ascendance de certaines prétendantes, pourvu qu’elles rapportent par la suite plusieurs milliers de livres de rente.
En tout cas, les personnages principaux et secondaires sont extrêmement bien travaillés, que ce soit sur la description physique ou bien leurs principaux traits de caractères. Si certains personnages comme Frank, Mary et le docteur Thorne sont attachants, les autres sont détestables notamment Lady Arabella ou tout la clique des de Courcy (beurk !).
Le style d’écriture est riche mais peut être lourd sur certains passages : l’auteur n’hésite à pas prendre à parti le lecteur et à s’immiscer comme un narrateur parfois trop omniscient. Néanmoins, il ne se prive pas pour railler copieusement toute cette société hypocrite et matérialiste, où les relations étaient teintées d’hypocrisie et de préjugés.
Pour conclure, c’est une lecture intéressante pour les gens qui s’intéressent à la littérature anglaise du XIXème et à la société victorienne de cette époque ! Sinon, pour les autres vous pouvez vous en passer!

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blogLe cousin HenryMiss Mackenzie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *