Le cousin Henry

Trollope, Anthony - Le cousin HenryFiche identité

  • Titre du livre: Le cousin Henry
  • Auteur: Anthony Trollope
  • Nombre de pages: 174
  • Édition: CreateSpace Independent Publishing Platform

Résumé

L’oncle Indefer, vieux et malade, hésite sur le choix de son héritier  du domaine de Llanfeare. Il aimerait bien tout léguer à Isabel, sa nièce mais hélas c’est une fille et elle ne porte pas le nom de Jones. Il reste bien son neveu Henry mais qu’il n’apprécie pas.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

Quand plus rien ne va dans le quotidien, quand la vie semble morose et pénible, heureusement que la littérature est là pour nous consoler. Sans l’amour des livres, sans ces histoire si différentes et divertissantes, je me sentirai encore plus mal.
Ce livre est arrivé au bon moment. Il m’a procuré de la détente et du plaisir et m’a fait oublié mes soucis temporairement. En plus, pour ceux qui me connaissent bien, je suis une grande amoureuse de la littérature anglaise du XIXème siècle !
Le titre est un peu trompeur car il y a en réalité deux personnages principaux dans ce livre. Soyons galants, et présentons d’abord Mlle Isabel Bodrick. Fille d’un pauvre avoué, elle est recueillie par son oncle à l’âge de quinze ans qui se charge de l’élever. Une tendre affection naît entre eux mais, hélas c’est une fille et comment l’héritage pourrait lui revenir ? Ce serait perdre le nom prestigieux de Jones attaché au domaine, et aussi, la loi sur les successions ne le permet pas.
Il reste bien Henry, son neveu, mais il n’a jamais apprécié ce pauvre garçon alors qu’il n’a rien fait de mal. Certes, Henry ne suscite pas une vive sympathie : faible, lâche, peureux et incapable de prendre une décision sensé, il s’englue dans le mensonge et la couardise. J’avais envie de le prendre par la peau du cou pour le secouer et lui mettre une bonne paire de claques !
Isabel, paradoxalement, ne m’a pas plu : malgré son dévouement envers son oncle, je la trouve rigide, fière et méprisante. Elle se croit au-dessus des autres et se targue de principes moraux pour justifier ses décisions. Derrière son masque d’indifférence, je suis sûre qu’elle mourait d’envie d’hériter du domaine et que sa haine envers Henry est pure jalousie.
Le style d’écriture est fluide, agréable et un brin ironique. L’auteur fait une belle analyse psychologique de ces personnages et se moque subtilement de leurs travers. Sa description du mécanisme de culpabilité est très intéressante même si à la fin, je vous avoue que les atermoiements de Henry m’ont lassé.
Bon, c’est quand même une bonne lecture et qui plaira aux amoureux de la littérature classique anglaise !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blogLe docteur ThorneMiss Mackenzie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *