La sonate à Kreuzter – Le bonheur conjugal – Le diable

Fiche identité

  • Titre du livre: La sonate à Kreutzer – Le bonheur conjugal – Le diable
  • Auteur: Léon Tolstoï
  • Nombre de pages: 301
  • Édition: Gallimard

Résumé

Nous avons ici trois nouvelles de Tolstoï.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Après avoir terminé les chefs-d’œuvre de Tolstoï – un de mes auteurs préférés –  j’en redemande encore et toujours car il a une plume tout simplement exceptionnel et inégalée. Nous voici devant trois nouvelles tournant sur un même thème : le bonheur conjugal.
Son style d’écriture, comme je l’ai dit précédemment, est splendide. Il me coupe le souffle avec ses descriptions, sa manière de transcrire avec un réalisme saisissant les états d’âme de chacun des personnages principaux.
L’auteur aborde surtout les désillusions rencontrés après le mariage : lorsque l’amour s’éteint ou change, comme celui de Macha, il ne reste que les apparences et les enfants qui maintiennent le couple. Cette nouvelle m’a bouleversée car on assiste à un amour merveilleux qui se fane à cause du quotidien, de l’égoïsme de chacun, des influences extérieures. J’avais envie de crier : non ! ça ne peut pas finir comme ça !
La passion peut aussi devenir redoutable, comme celui de Pozdnychev qui est possédé par la jalousie et ressent de la haine envers sa propre femme au point de l’assassiner ; ou bien Eugène qui est obsédé par le désir sexuel. Ces deux hommes me rappellent un peu ceux de Dostoïevski : des personnages tourmentés, fous et contradictoires, désespérés par leur vie.
Pourquoi je n’ai pas mis le 5ème cœur ? La Sonate à Kreutzer a un côté très moralisateur. L’auteur critique fortement la société russe avec ses carcans rigides, ses rencontres arrangées qui mettent la femme au rang d’objet, ses mariages conclus à la hâte, ses masques qui cachent la débauche des hommes. Sa conclusion est étonnante et même très décalée car il propose d’appliquer « son » idéal chrétien : l’amour charnel serait banni au profit de relations uniquement spirituels. Sans vouloir être rabat-joie, je pense que c’est un projet utopiste.
Quoiqu’il en soit, ce Tolstoï différent en vaut le détour !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Anna KarénineGuerre et paixLa mort d’Ivan Ilitch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *