Anna Karénine

Fiche identité

  • Titre du livre: Anna Karénine
  • Auteur: Léon Tolstoï
  • Nombre de pages: 928
  • Édition: Gallimard

Résumé

Lors d’un voyage à Moscou, Anna Karénine, une jeune femme de la haute bourgeoisie russe et mariée à un haut fonctionnaire, s’éprend d’un jeune officier nommé Wronsky.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Je vous avais parlé auparavant d’un excellent livre et après plusieurs semaines de lecture, je vous le présente enfin. Cela va être difficile de tout dire car c’est un ouvrage vraiment exceptionnel et unique!
L’histoire principale est celui d’Anna et de Wronsky qui seront dévorés par une passion interdite : ils vont aller à l’encontre des convenances et de l’opinion de la société pour s’aimer. Mais c’est un bonheur maudit et le prix à payer sera très lourd.
Parallèlement à cette histoire et pour donner un contrepoint beaucoup plus agréable va évoluer un autre couple : Kitty et Levine vont avoir une vie simple et heureuse à la campagne. D’ailleurs, leur mode de vie me rappelle beaucoup celle de la fin de son autre roman Guerre et paix.
Le caractère de chaque personnage est extrêmement bien étudié : on ressent chaque émotion et sentiment qui les anime, depuis leur désarroi face aux choix qu’ils vont faire, de l’amour qu’ils ressentent ou bien de la colère qui les envahit. Malgré tous ses défauts et ses choix qui peuvent être contestables, j’ai beaucoup aimé Anna. L’auteur a su la rendre très humaine, donc très réaliste : c’est une femme douce, aimante et qui avait conscience du mal qu’elle faisait mais comme tout être humain faible et égoïste, elle a choisi de succomber aux tentations et de vivre sa vie.
On découvre les mœurs de la société russe composé d’un côté d’aristocrates et de l’autre des paysans. La plupart des aristocrates étaient constamment occupés à s’amuser (théâtre, opéras, dîners, bals, course de chevaux, chasse….), à répandre des ragots sur les gens et pour les hommes à trouver un emploi bien rémunéré et prestigieux. Peut-être que ce genre de vie est plaisant mais personnellement, je trouverai cette oisiveté lassante à la longue.
Mais en plus de ces histoires d’amour, l’auteur nous partage aussi sa vision de la vie et les questions qui le troublent. Ces questions concernent la condition de vie des paysans, les droits accordés aux femmes, les questions politiques liées à la guerre et à l’efficience du pouvoir administratif. Mais surtout les thèmes fondamentaux sur lesquels il se focalise est le sens de la vie et la mort. Pourquoi ? Parce que selon Lévine: « Je ne puis vivre sans savoir ce que je suis et dans quel but j’existe ». L’auteur nous partage son point de vue philosophique sur cette idée et je trouve que c’est la plus grande richesse de l’ouvrage car il peut apporter une nouvelle perspective sur la façon dont nous percevons notre existence.
Une autre citation qui m’a beaucoup plu : « en aimant on est toujours heureux parce que notre bonheur est en nous-mêmes ».
Je suis consciente que mon commentaire est long mais c’est un livre que j’ai envie que vous lisez !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Guerre et paixLa mort d’Ivan IlitchLa sonate à Kreutzer – Le bonheur conjugal – Le diable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *