Je l’aimais

Gavalda, Anna - Je l'aimaisFiche identité

  • Titre du livre: Je l’aimais
  • Auteur: Anna Gavalda
  • Nombre de pages: 126
  • Édition: J’ai lu

Résumé

Chloé se retrouve seule, avec deux petites filles en bas âge. Tous ses projets de bonheur s’envolent avec ce départ car son mari l’a quitté pour une autre.  Son beau-père, Pierre, l’emmène dans leur maison de campagne afin qu’elle puisse cicatriser ses blessures.

Avis     Coeur-blogCoeur-blog

Jusqu’à une certaine époque, Anna Gavalda avait une place non négligeable dans mes lectures. Son style d’écriture, qui me plaisait beaucoup, a perdu son effet sur moi au fil du temps.
Cette histoire m’a semblé tellement creuse et  vide que je n’arrive pas à comprendre l’engouement que j’ai eu auparavant pour cet auteur. Ecrite à la 3ème personne, elle raconte les sentiments qui envahissent Chloé après l’abandon de son mari. Son beau-père décide alors de lui raconter son adultère et ses regrets. Lorsque il  décrit sa relation tumultueuse avec Mathilde et justifie son choix de vie, je n’ai ressenti que de l’ennui. Et alors, cela change quoi ? Sérieusement, ne me dites pas qu’il l’a consolé en lui partageant ses problèmes conjugaux !
Malgré le caractère tragique de la situation, j’ai eu une certaine antipathie pour les deux protagonistes. Ils m’ont paru égoïstes, vains et superficiels avec leurs « moi« , leurs « je« , leurs « mes » tous les deux mots.  Pour moi, ils ne communiquaient pas, ils s’écoutaient parler, ils monologuaient sur leur petite personne et leur vie si banale. Et quoi de plus facile de dire « la vie a décidé que.. » pour justifier ses actes et ses remords ?
Ce livre manque totalement de profondeur et de réflexion. Il suinte juste de bons sentiments, de petites citations ridicules sur le bonheur, l’amour ou la vie. L’auteur n’a pas su exploiter le thème initial. J’ai l’impression qu’au contraire, elle fait l’apologie de l’individualisme et de la satisfaction de ses propres désirs et tant pis si on casse les gens, tant pis si on fait du mal à son entourage !
Le style d’écriture est très léger, avec des dialogues plats, creux, monosyllabiques et sans intérêt.
Un conseil : passez votre chemin !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Ensemble c’est toutJe voudrais que quelqu’un m’attende quelque partL’échappée belle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *