Mille femmes blanches

Fiche identité

  • Titre du livre: Mille femmes blanches 
  • Auteur: Jim Fergus
  • Nombre de pages: 505
  • Édition: Pocket

Résumé

Cette histoire se déroule au XIXème siècle, aux Etats-Unis. Soucieux de maintenir la paix avec les Indiens, le président Ulysse Grant accepte la proposition d’un chef cheyenne: mille femmes blanches volontaires contre mille chevaux. C’est ainsi que May Dodd, pour échapper à un internement forcé, va devenir volontaire et rejoindre une tribu indienne au coeur de l’Amérique. 

Avis     

L’histoire, divisé en sept carnets, relate les aventures de May Dodd, qui fait partie d’un groupe de femmes volontaires pour se marier avec des hommes issus d’une tribu cheyenne. Ce programme gouvernemental vise à maintenir la paix et à inculquer les valeurs occidentales à la population indigène par l’intermédiaire des liens du mariage.
May Dodd nous raconte toutes les péripéties qu’elle a vécues, depuis son enfermement forcé dans un asile, ses manoeuvres pour quitter cet endroit abject, son voyage vers l’Ouest en compagnie d’autres femmes volontaires et enfin sa vie en tant que compagne d’un Cheyenne. L’attitude de May ne ressemble pas vraiment à une femme du XIXème siècle: indépendante, courageuse et volontaire, May partage plutôt les valeurs d’une femme de notre époque. Qu’importe ce léger anachronisme, elle reste quand même attachante. Les autres personnages secondaires le sont aussi.
On découvrira le mode de vie de la tribu cheyenne, leurs us et coutumes, ainsi que leur système de valeurs. L’’auteur dénonce les profonds changements de l’organisation sociale indienne depuis l’arrivée des Blancs qui non seulement les ont chassés de leur terre natale, les ont massivement massacrés mais aussi introduit l’alcool et autres denrées inutiles.  L’auteur nuance aussi son propos car les Indiens ne sont pas irréprochables: les guerres entre les différentes tribus sont multiples et entraînent son lot de tueries, de vols et d’exactions.
Même si May finit par s’attacher à son peuple d’adoption, elle restera convaincue que la politique américaine reste la meilleure: cantonner les Indiens dans une réserve afin de les initier aux valeurs occidentales. Dommage! J’aurai aimé qu’elle défende la liberté et le droit des Indiens plutôt que de militer pour leur enfermement. Je me dis que sans ses tergiversations, elle aurait pu éviter tout ce gâchis car elle avait été prévenu de ce qui allait se passer.
Le style d’écriture est agréable, fluide et léger. Malgré quelques longueurs, l’auteur arrive à maintenir le lecteur en haleine.
Pour conclure, cette histoire – entièrement fictive – m’a permis de m’évader et de me détendre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.