Michael K, sa vie, son temps

Fiche identité

  • Titre du livre: Michael K, sa vie, son temps
  • Auteur: J. M. Coetzee
  • Nombre de pages: 240
  • Édition: Seuil
  • Année de publication: 1983

Résumé

Cette histoire se déroule en Afrique du Sud. Michael K, un homme simple et solitaire, quitte le Cap avec sa mère malade pour se lancer dans les routes, dans l’espoir d’atteindre la ferme familiale où elle est née.

Avis     

Lire ce livre, c’est s’embarquer dans une aventure humaine particulière, c’est glisser dans une solitude telle qu’elle peut vous étouffer la nuit quand vous dormez dans votre lit douillet.  
Le lecteur va suivre les pérégrinations de Michael K en Afrique du Sud, pays plongé dans la guerre civile. Michael K quitte Le Cap pour emmener sa mère malade dans une ferme quelque part dans la campagne. Mais ce projet n’aboutit pas, car sa mère décède en route. Il poursuit quand même son chemin : sa vie sera partagée entre l’errance dans le veld et les différents camps de travail qu’il parviendra à fuir.
Suivre ce personnage principal, c’est être confronté au quotidien à la faim, la misère, la pauvreté et la solitude extrême. C’est survivre comme un sauvage, un ermite, une « larve » (pardonnez-moi l’expression, mais c’est la seule image qui me vient à l’esprit quand j’y repense). C’est une histoire déprimante et triste, où le personnage principal n’appartient plus vraiment au monde des vivants. C’est une ombre qui survit et qui s’accroche désespérément à la vie.
Pourquoi lire ce livre ? Pour comprendre et vivre ce que subit un être marginalisé ; pour prendre conscience de cette précarité dans laquelle n’importe qui peut tomber ; pour comprendre que l’entraide est nécessaire, mais que la charité mal placée n’est pas bienvenue. Le style d’écriture est agréable, riche et fluide. Ce n’est pas une histoire joyeuse, mais l’auteur a su restituer avec brio les émotions et les sentiments qui animent Michael K.
Néanmoins, je n’ai pas pu m’attacher à ce personnage principal : il est si loin, si inaccessible dans son monde qu’on a l’impression, lors de la lecture, d’avoir une barrière infranchissable en face de soi.
Je n’ai pas mis le quatrième cœur, car c’est un roman qui traite un sujet difficile avec une fin abrupte qui laisse beaucoup de questions pour le lecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *