Les arcanes du chaos

Chattam, Maxime - L'arcane du chaosFiche identité

  • Titre du livre: Les arcanes du chaos
  • Auteur: Maxime Chattam
  • Nombre de pages: 458
  • Édition: Albin Michel

Résumé

Yael Mallan est une jeune fille parisienne qui mène une existence tout à fait ordinaire. Mais soudain, sa vie va basculer dans le cauchemar lorsqu’elle sera harcelée par des messages et hantée par des ombres dans son miroir. Pour survivre, elle va tenter de percer tous ces mystères qui l’entourent.

Avis   

Décidément, la leçon n’aura pas porter ses fruits. Malgré une vive déception et une frousse terrible en lisant La trilogie du mal, je persiste encore à  lire cet auteur. Il y a bien quelque chose qui m’attire chez lui et j’espère tout au fond de moi que ce ne sont pas ces scènes d’horreur. Mais cette fois-ci, au lieu d’être déçue, je suis vraiment dépitée. S’il ne s’attaque plus à des scènes de torture dignes d’Hannibal Lecter, Maxime Chattam, dans ce livre, se tourne vers la théorie du complot et de la manipulation : le monde serait gouverné par une société secrète composée d’initiés et tout ce que nous voyons et savons n’est qu’illusion. Il essaie de nous plonger dans la paranoïa : l’attentat du 11 septembre aurait été prémédité par le gouvernement Bush, nos vies ne seraient que des jouets entre les mains de milliardaires américains, les coïncidences dans l’histoire ne seraient pas des hasards…Bref je n’en dirai pas plus pour ne pas dévoiler tout ce qu’il dit bien qu’on retrouve tous ces éléments dans plusieurs sites Internet. En gros rien de nouveau sur les histoires de conspiration !
Il y a un goût de Da Vinci code mais la qualité laisse vraiment à désirer : l’histoire ainsi que la structure du livre sont assez décousues, pour ne pas dire mauvais. Les péripéties qui s’enchaînent ne sont pas crédibles et même, j’ai trouvé ça mou et lassant. Quant au style, s’il était fluide et plutôt agréable dans La trilogie du mal, on sent que le talent n’y est plus. Les traits qu’ils donnent aux personnages principaux sont assez superficiels, ce qui les rend moins crédibles et moins attachants. Le contraste est saisissant entre le personnage de Joshua Brolin qui était très bien travaillé et celui de Yaël où l’auteur se contente de reprendre, ici et là, des caractéristiques standard d’héroïne.
Ma critique est sévère mais lire 500 pages pour rien est assez exaspérant.

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: La trilogie du mal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *