Le procès

Fiche identité

  • Titre du livre: Le procès
  • Auteur: Franz Kafka
  • Nombre de pages: 305
  • Édition: Flammarion

Résumé

Un matin, Joseph K. est arrêté chez lui alors qu’aucun crime n’a été commis. Il est accusé mais lui-même et personne n’est capable de lui dire de quoi ni par qui…

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Ce livre ne m’a pas déçu mais la vérité est que je me suis sentie dépassée et, même écrasée, devant cet ouvrage. J’en suis sortie hébétée et je sais que je n’ai pas été capable d’appréhender tout son contenu. Cette note traduit mon sentiment et NON la qualité du livre.
Nous suivons Joseph K., accusé et arrêté par la justice. Mais nul n’est capable de dire pourquoi il est accusé ni par qui. Si au début, on garde en tête cette situation absurde, au fur et à mesure de la lecture, on l’oublie pour se concentrer sur les tentatives de Joseph K. pour faire avancer son dossier.
Certaines situations sont absurdes et relèvent plus du cauchemar que du réel : par exemple, dans un chapitre, K. ouvre un débarras de la banque et y découvre les deux inspecteurs qui l’ont arrêté le premier jour en train de se faire flageller. De même, chaque personne qu’il rencontre a toujours un lien avec la justice, que ce soit un client de la banque, le peintre Titorelli ou le prêtre dans la cathédrale. La « justice » elle-même est un labyrinthe étrange, un gouffre où personne ne sait où il commence ni quand il se termine. Il faut l’accepter tel qu’elle est, et faire avec en s’attirant les faveurs des avocats, des juges ou des chefs de bureaux. Au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire, tout devient de plus en plus incompréhensible, confus et inquiétant.
Les sentiments de Joseph K. sont extrêmement bien décrits et sa psychologie est analysée, disséquée et restituée dans un style d’écriture qui reste accessible, moyennant un petit effort. La fin m’a coupé le souffle : de ma vie, je n’ai jamais lu une fin aussi remarquable, pleine d’audace et de folie.
Ce n’est pas une lecture facile mais un récit qui vous met mal à l’aise et qui vous pousse dans vos derniers retranchements de lecteur.
En tout cas, faut-il le lire ? Oui, pour au moins vivre cette sensation de lecture une fois !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: La métamorphose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *