L’amour dans un climat froid

Fiche identité

  • Titre du livre: L’amour dans un climat froid
  • Auteur: Nancy Mitford
  • Nombre de pages: 352
  • Édition: 10 x 18

Résumé

Fanny, l’héroïne du roman La poursuite de l’amour, nous raconte ici la vie de la famille Montdore, des riches aristocrates anglais de l’entre-deux guerres.

Avis     Coeur-blogCoeur-blog

Je ressors de cet ouvrage avec une très vive déception. Autant j’ai aimé La poursuite de l’amour, autant celui-ci m’a paru fade, vide et sans saveur.
Nous sommes plongés dans l’aristocratie anglaise du milieu du XXème siècle, dans une famille de riches aristocrates anglais nommés les Montdore. Imbus de leur ascendance et dotés d’une immense fortune, ce sont des gens arrogants, hautains qui vivent dans une bulle bien loin des préoccupations quotidiennes des gens normaux.
Mis à part l’argent et leur généalogie qui permettent d’asseoir leur pouvoir au sein de la très sélective société londonienne, ce sont des gens creux et vides qui n’ont pour seul but dans l’existence que parader avec les plus beaux bijoux lors des cérémonies, marier leurs enfants à un parti respectable, riche et digne (reproduction sociale oblige), organiser des bals et des réceptions toute l’année, inviter des altesses royales étrangères déchues etc. Au final, on ne retient que la vacuité de leur existence, rythmée par les mondanités sociales.
Les personnages principaux sont terriblement agaçants en raison de leur caractère. Lady Montdore est la plus détestable – une vipère égoïste avec un cœur de pierre  –  mais le reste suit à peu près la même veine que ce protagoniste. On est bien loin de l’excentricité sympathique de la famille Radlett.
Ce livre a un volet assez triste : j’ai l’impression que Fanny a fait un mariage malheureux où son époux et elle ont peu de valeurs communes. Tandis qu’il est plongé dans son univers intellectuel, Fanny envie l’existence dorée de sa famille et se sent frustrée de sa condition sociale.
Le style d’écriture est fluide, léger et très ironique. Il y a quand même pas mal de longueurs et de répétitions.
Quand je lis ce type d’ouvrage où finalement rien de bon n’en ressort, je suis déçue, ce qui impacte mon humeur. De plus en plus, je préfère les livres engagés où les gens se battent pour leurs droits que de lire des paragraphes où des demoiselles se contentent de parader dans des bals.Bref, je ne vous recommande pas cet ouvrage !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: La poursuite de l’amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.