La colline aux cyprès

Fiche identité

  • Titre du livre: La colline aux cyprès
  • Auteur: Louis Bromfield
  • Nombre de pages: 508
  • Édition: La table ronde

Résumé

L’histoire se déroule au XIXème siècle, dans une petite ville des Etats-Unis. La « Colline au cyprès » est le domicile des Shane, une des familles célèbres de la ville. A la mort du père ne reste que sa femme, Julia Shane et ses deux filles. Mais le temps et les mœurs évoluent : l’industrialisation massive, avec l’apparition des aciéries, envahit la ville. De même, les liens familiaux se délitent après une tragédie interne.

Avis     Coeur-blogCoeur-blog

En ce moment je n’ai pas la main heureuse au niveau de mes lectures. Après une note catastrophique sur Edgar Allan Poe, je me suis jetée dans ce roman assez méconnu. Le résumé me semblait attirant : le XIXème siècle aux Etats-Unis, l’effondrement progressif d’une grande famille, l’Europe etc…
Mais malgré tous ses éléments, ce livre n’a pas su me conquérir. On suit la vie de trois principaux protagonistes : Mme Julia Shane, une veuve froide, hautaine et déterminée vivant ses derniers jours dans une maison qui a perdu sa splendeur ; Irène, sa fille cadette très religieuse et puritaine, engagée dans l’instruction des ouvriers et haïssant les relations hommes/femmes et Lily, la sœur aînée.
Au sujet de cette dernière, l’auteur a essayé de lui créer une personnalité unique pour susciter la sympathie du lecteur : elle est décrite comme une femme charmante, belle, douce et généreuse envers ses semblables. Mais elle n’a pas su m’émouvoir : ce n’est pas une Scarlett O’Hara, loin de là ! Elle m’a paru trop fade, superficielle et indolente. Elle se contentait de vivre au jour le jour dans une vie dorée sans chercher rien d’autre. D’autres personnages gravitent autour d’eux sans prendre réellement de l’ampleur.
Bien en avance, j’ai deviné les tenants et aboutissants de l’histoire. Certains évènements étaient survolés rapidement: les conditions de vie des ouvriers dans l’industrie métallurgique naissante, la première guerre mondiale résumée très brièvement par l’auteur, les changements sociaux dus à la modernité etc. Je suis déçue car l’auteur s’est contenté de décrire sans donner plus de profondeur à ses idées.
C’est un livre qui ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. Pourtant Louis Bromfield était très connu à son époque et il a même reçu le prix Pulitzer pour un autre roman intitulé « Précoce automne ». Néanmoins, je vous conseille de ne pas vous attarder sur ce livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *