Amsterdam

McEwan, Ian - AmsterdamFiche identité

  • Titre du livre: Amsterdam
  • Auteur: Ian McEwan
  • Nombre de pages: 252
  • Édition: Gallimard

Résumé

L’histoire commence par l’enterrement de Molly Lane, critique gastronomique décédée suite à une maladie foudroyante. Clive Linley et Vernon Halliday, tous deux ses anciens amants, s’y retrouvent.  Ces deux hommes, amis de longue date, mène une carrière plutôt réussie : Clive est un compositeur célèbre de symphonies tandis que Vernon est directeur de la rédaction d’un journal londonien, The Judge. Mais…

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

Ce résumé est mauvais mais comment dire en peu de mots le vrai sens de l’histoire sans dévoiler tout le contenu de ce roman d’Ian McEwan ?  Le décès de Molly n’est que le prétexte pour l’auteur de nous introduire dans la vie de deux amis, je dirai plutôt des connaissances de longue date qui ont, à un moment de leur vie, partagé le lit de Molly.
L’ambiance est assez particulière : nous évoluons dans un univers très masculin dans la peau de deux hommes obnubilés par leur carrière professionnelle. Clive est un artiste solitaire, qui ne vit que pour sa symphonie ; Vernon, lui, dirige un journal en déclin et cherche tous les moyens pour booster le chiffre d’affaires. L’auteur met surtout l’accent dans ce roman sur les choix moraux et les raisons avancés par les deux protagonistes pour justifier leurs gestes : faut-il, par peur de laisser échapper l’inspiration, détourner les yeux face à une personne en danger ? Et pour Vernon, va-t-il détruire la vie personnelle et professionnelle d’un politicien pour sauver son journal ?
L’auteur met le doigt sur les travers humains, sur les mécanismes d’autojustification pour masquer la honte et pour libérer la conscience d’avoir fait une action injuste. Chacun met un masque bienveillant mais en dessous se cache des choses bien vilaines, des choses qu’on ne souhaite pas que les autres voient, des monstres d’égoïsme et d’indifférence qui se tapissent et qui se barricadent derrière tel ou tel justification. Je suis sortie de ce livre satisfaite car j’aime ce genre de lecture tortueuse qui nous renvoie le miroir cruel de la société actuelle. Ce n’est pas joli à voir mais ça pourrait bien être l’un de nous, l’un de nos voisins, collègues, ami(e)s ou famille…
Le style d’écriture est limpide, clair, fluide et très agréable à lire. La fin est assez originale, mais sans suspens pour moi. Je me doutais qu’ils allaient en arriver là.
A lire ? Of course !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Dans une coque de noix – ExpiationL’intérêt de l’enfant Sur la plage de Chesil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *