Un crime sans importance

Fiche identité

  • Titre du livre: Un crime sans importance
  • Auteur: Irène Frain
  • Nombre de pages: 256
  • Édition: Seuil  

Résumé

Denise, la sœur aînée de l’auteur, est victime d’une violente agression chez elle. Elle succombera quelques semaines plus tard de ces blessures. Irène n’apprendra les faits que lors de l’enterrement, mais le silence que lui opposent sa famille,  la police et la justice la poussent à écrire.

Avis     

Ce récit autobiographique est poignant. Il raconte la douleur d’une femme, confrontée au meurtre sauvage de sa sœur aînée. L’auteur raconte ici son propre désarroi face à l’inertie de la police et de la justice qui peine à faire avancer l’enquête. La mort de Denise ne serait-elle qu’un « cold case », un dossier classé sans suite sur une étagère. On comprend que l’auteur souhaite des réponses : qui, d’ailleurs, ne souhaiterait pas la même chose si une tragédie pareille le frappait ?
Irène Frain revient sur les faits, du moins le peu qu’elle obtient. Personne n’a rien remarqué ni entendu en ce samedi après-midi quand sa sœur s’est fait agressée. L’enquête piétine au sein du commissariat pendant des mois, à croire que le dossier est abandonné ou perdu. On sent la colère de l’auteur, sa frustration, ce deuil qu’elle ne peut entreprendre car elle a besoin de réparer, de trouver le coupable pour que l’âme de sa sœur soit en paix.
Irène Frain revient aussi sur son passé, lui aussi lourd de secrets et de non-dits : ses origines modestes, sa naissance non désirée qui entraîne des relations conflictuelles avec sa mère, l’amour qu’elle aura pour sa grande sœur Denise, si douée et intelligente, idole des parents, les troubles psychiatriques de Denise quelques années plus tard, la rupture familiale.
Le style d’écriture est simple, sincère, plein de pudeur tout en sachant retranscrire avec brio les émotions et les sentiments qui animent l’auteur. Je comprends que ce livre est un exutoire, mais combien de gens vivent dans cette incertitude sans avoir ni les moyens financiers pour engager un avocat et accélérer une enquête ni une plume pour faire entendre sa colère ?
Merci à l’auteur pour ce témoignage. Je souhaite de tout cœur que la mort de Denise ne soit pas vaine, qu’elle ne soit pas oubliée et que la paix revienne dans l’existence des vivants et des morts.  

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Les naufragés de l’île Tromelin

Si nous vivions dans un endroit normal

Fiche identité

  • Titre du livre: Si nous vivions dans un endroit normal 
  • Auteur: Juan Pablo Villalobos
  • Nombre de pages: 186
  • Édition: Actes Sud 

Résumé

Cette histoire se déroule au Mexique, dans un petit village nommé Lagos de Moreno. Le jeune Oreste vit sur une colline avec sa nombreuse famille. Lors de troubles politiques après des élections au village, ces deux frères jumeaux disparaissent. Oreste profite de cet évènement pour quitter sa petite bourgade et parcourir le monde. 

Avis     

C’est ma première incursion dans la littérature mexicaine. C’est le titre et la drôle de couverture qui m’ont attiré.
Le lecteur se retrouve dans un petit bourg mexicain et accompagne Oreste, un adolescent de quatorze ans issu d’une famille nombreuse et pauvre.
Il jette un regard lucide, un brin cynique sur son quotidien peuplé par la faim, la misère, une famille nombreuse et atypique. La disparition de ces deux frères jumeaux est le facteur déclencheur de sa fuite.
J’attendais un roman d’apprentissage, de découverte mais on se retrouve plutôt dans une aventure surréaliste et absurde. Si le début était prometteur, la suite fut décevante avec une fin à tirer par les cheveux qui m’a rendue perplexe. On dirait que l’auteur ne savait pas comment terminer son ouvrage et qu’il est parti en vrille dans une direction incompréhensible et abracadabrante.
Le style d’écriture est quand même léger, fluide. Le livre est court et se lit vite sinon j’aurai abandonné en cours de route.
Pour conclure, bof bof !