Tout le bleu du ciel

Fiche identité

  • Titre du livre: Tout le bleu du ciel  
  • Auteur: Mélissa Da Costa
  • Nombre de pages: 840
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Emile, un jeune homme de 26 ans, est atteint d’une forme d’Alzheimer précoce. Il ne veut pas que sa famille le voit dans un état de décrépitude avancée et décide d’entamer un dernier voyage avec si possible, un(e) compagnon(ne) trouvé(e) sur Internet.

Avis     

J’ai eu beaucoup de préjugés sur ce livre, peut-être à cause du titre, du résumé un peu aguicheur, des commentaires un peu trop flatteurs des gens croisés ici et là.
Heureusement que je ne suis pas restée sur mes préjugés car j’aurai loupé une magnifique histoire qui m’a fait pleurer à chaudes larmes, qui m’a tenu en haleine pendant des nuits, qui m’a reconnecté à l’essentiel c’est-à-dire le moment présent, « le seul qui nous appartient ».
Le début m’a semblé assez conventionnel mais au fur et à mesure, l’auteur a su titiller ma curiosité sur ces deux personnages un peu insolites, Emile et Joanne. Ensemble, ils vont lentement s’apprivoiser, apprendre à se connaître et s’aider.
C’est une histoire touchante sur la maladie d’Alzheimer, sur le deuil, sur l’amitié qui naît au hasard de la vie, sur l’amour et ses méandres, sur l’émerveillement à propos des petites choses de la vie qu’il faut cultiver tous les jours, sur le voyage à la découverte du monde et de soi-même. Un sujet important évoqué est aussi celui de la fin de vie : comment aborder cette étape cruciale et difficile quand il faut choisir entre laisser partir dignement une personne ou bien la garder coûte que coûte en vie ?
Le style d’écriture est doux, touchant et lumineux. L’auteur ne sombre pas dans le pathétique mais au contraire, donne une touche d’espoir et de gaieté sur plusieurs sujets sensibles. Elle nous offre également des magnifiques descriptions des Pyrénées. Elle a une façon spéciale de décrire cette région au point qu’on s’y croirait presque.
La fin n’est pas un suspens mais laisse quand même un grand vide au cœur.
Un conseil : lisez-le !

Gone baby gone

Fiche identité

  • Titre du livre: Gone, baby, gone 
  • Auteur: Dennis Lehane
  • Nombre de pages: 560
  • Édition: Rivages

Résumé

Amanda McCready, une petite fille de quatre ans, disparaît mystérieusement sans laisser de traces. Les détectives Patrick et Angela vont mener l’enquête.

Avis     

C’est le troisième roman de Dennis Lehane que je lis mais à mes yeux, c’est le meilleur. Heureusement que je ne me suis pas restée sur mes à priori.
Lorsqu’on a un enfant, la seule idée de sa disparition donne des sueurs froides et des cauchemars. Pourquoi donc lire ce roman, qui à coup sûr, me bouleverserait ? Je ne sais pas, peut-être pour essayer d’exorciser la peur.
Lorsqu’Amanda McCready disparaît sans laisser de traces, c’est sa tante Béatrice qui remue ciel et terre pour la retrouver. Elle va contacter un couple de détectives privés pour l’aider dans ses recherches.
Nous plongeons dans un récit bouleversant, qui m’a procuré parfois des bouffées de colère et de rage. La mère d’Amanda est une femme irresponsable, droguée, alcoolique et accro à la télévision : la disparition de sa fille l’inquiète tout en la laissant dans une apathie inquiétante.
Lors de cette enquête, nous touchons à des sujets noirs, douloureux mais réels: les conditions de vie d’une enfant délaissée par sa mère ; les réseaux de pédophilie avec ici, une description d’un crime atroce qui m’a glacé le sang ; les trafics de drogue avec une limite ténue entre la police et les délinquants.
Plusieurs questions sont venues lors de ma lecture car cette histoire n’est ni blanc, ni noir et laisse des zones de doute permanent : quand on parle de l’intérêt de l’enfant, qu’est-ce qui est juste ? Quand peut-on décider pour le bien d’un enfant si la justice ne le fait pas ? Le lien biologique a-t-il autant d’importance si les parents ne sont pas capables de procurer des soins adéquats à un enfant ?
Je ne sais pas…honnêtement j’aurai aimé répondre à toutes ces questions mais je n’ai pas pu. Je ne peux pas juger car je ne suis pas dans la peau d’une jeune maman solo paumée.
Le style d’écriture est agréable, fluide et se lit bien. Cela ressemble à un scénario de film bien mené, avec des péripéties et des rebondissements. La fin est surprenante : je ne m’y attendais pas.
Un livre noir, bouleversant qui touche un sujet sensible mais intéressant à découvrir !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Mystic riverShutter island