Pourquoi pas Evans

Fiche identité

  • Titre du livre: Pourquoi pas Evans
  • Auteur: Agatha Christie
  • Nombre de pages: 252
  • Édition: Le Masque

Résumé

Lors d’une partie de golf, alors qu’il cherchait une balle perdue, Bobby, le fils du pasteur, découvre un individu tombé de la falaise.  Le tribunal conclue à un accident. Mais, quand des évènements étranges se produit autour de Bobby, son amie la jeune lady Frances soupçonne autre chose.

Avis     

Au fur et à mesure que j’avance dans la lecture des œuvres d’Agatha Christie, je devine les ficelles qu’elle utilise. Ici, nous avons un mélange entre aventure et enquête policière. Les deux personnages principaux, Frankie et Bobby, rappellent fortement le couple Beresford.
Bobby est appelé comme témoin suite à la découverte d’un corps tombé de la falaise. Quand ce dernier est empoisonné peu de temps après l’enquête, son amie s’empresse d’imaginer un meurtre. Curieuse et vive, elle est prête à tout pour trouver des indices, quitte même à se mettre en danger.
Nos détectives amateurs vont aller de surprise en surprise, et de périls en périls. Ils sont charmants mais d’une naïveté proche de la bêtise !  Et ils seront sauvés par un coup de chance incroyable ! Mais chut, je n’en dirais pas plus pour vous laisser tout le loisir de découvrir ce roman.
Le style d’écriture est agréable, léger et drôle. Pas grand-chose de particulier à ajouter sur ce point.
Ce n’est pas le meilleur Agatha Christie que j’ai lu, ce qui est normal étant donné que j’arrive quasiment à la fin de son œuvre, et récupère les restes. Il reste quand même un léger divertissement avant d’attaquer des romans plus denses.

Yaak Valley, Montana

Fiche identité

  • Titre du livre: Yaak Valley, Montana
  • Auteur: Smith Henderson
  • Nombre de pages: 648
  • Édition: 10 x 18

Résumé

Nous suivons le quotidien de Pete Snow, un assistant social dans le Montana. Il essaie tant bien que mal de s’occuper de plusieurs cas sociaux. Lui-même rencontre des problèmes au sein de sa famille.

Avis     

C’est grâce à Babelio que j’ai découvert ce roman qui décrit des conditions sociales compliquées dans l’Amérique des années 80. D’emblée, si vous avez le blues, je vous conseille de cesser cette lecture.
Ce livre est un roman noir, un des portraits les plus sinistres de l’Amérique profonde. On ressort de cet ouvrage avec beaucoup de tristesse dans la mesure où nous sommes spectateurs de la violence qui règne dans des familles défavorisées, en proie à l’alcoolisme, la drogue ou le fanatisme religieux. Ce sont des gens qui vivent en marge de la société, dont les enfants subissent le mode de vie de leurs parents. Lorsqu’ils ne souffrent pas de la faim, de la violence ou d’abus sexuels, ces derniers sont envoyés dans des familles d’accueil lorsque les parents ne peuvent plus assumer leurs devoirs. Leur souffrance m’a touchée, car étant moi-même maman depuis quelques années, je ne peux pas concevoir qu’on puisse infliger autant de mal à son propre enfant. Après, qui suis-je pour juger ?
Même le personnage principal, Pete Snow l’assistant social, n’est pas indemne : son penchant pour l’alcoolisme, un divorce qui se passe mal, sa fille de quatorze ans qui fugue et sombre dans la prostitution.
Le style d’écriture est fluide, mais avec quelques longueurs. Le ton est doux, mais parfois monotone. On a envie de voir les personnages évoluer mais la plupart restent englués dans leurs conditions sociales, enfermés dans une spirale destructrice.
C’est une histoire réaliste, pessimiste et glauque où on ressort avec un arrière-goût amer et des accents de déprime. Lire ce livre mobilise une énergie folle et aspire toute pensée positive. Il faut prévoir quelques morceaux de chocolat et un bon bain chaud ensuite !