Une poignée de seigle

Fiche identité

  • Titre du livre: Une poignée de seigle
  • Auteur: Agatha Christie
  • Nombre de pages: 223
  • Édition: Le Masque

Résumé

Rex Fortescue, un homme d’affaires, fait un malaise dans son bureau et meurt quelques temps après à l’hôpital. Cause du décès : empoisonnement à la taxine. L’inspecteur Neele va mener l’enquête.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

La qualité des romans d’Agatha Christie est assez variable : certaines enquêtes restent inoubliables tandis que d’autres sont relativement moyennes. Nous sommes ici dans cette seconde option.
La mort soudaine de Rex Fortescue déclenche une enquête où l’inspecteur Neele est le principal intervenant. Il va entrer dans l’intimité de la famille Fortescue, qui visiblement, ne semble pas chagriner par ce décès qui arrange tout le monde : sa jeune seconde épouse se retrouve libre de profiter de son amant avec un beau magot en héritage ; son fils Percival reçoit un pactole conséquent et se retrouve à la tête de l’entreprise familiale ; sa fille Elaine pourra enfin se marier avec son fiancé que son père détestait. N’oublions pas non plus Lancelot, le fils prodigue de retour en Angleterre ainsi que les nombreux domestiques qui travaillent sur place. Comment démêler le vrai du faux et trouver les indices ?
Miss Marple intervient ici de manière assez brusque. Elle « s’invite » sur le lieu du crime, discute avec deux ou trois personnes et n’apparaît en tout que quatre ou cinq fois. Et alors que l’inspecteur s’arrache presque les cheveux, elle nous livre la solution toute faite sans preuve formelle. Parfois, ce côté théâtral et je-sais-tout m’agace un peu, ce qui explique cette note moyenne.
Le style d’écriture est agréable, sympathique comme d’habitude et le roman n’est pas trop long. Il manque quand même le petit ingrédient qui aurait pu entraîner une meilleure note. Pour conclure, je le recommande surtout aux amateurs d’enquête de Miss Marple.

Ramsès (Tome 1 à 5)

Fiche identité

  • Titre du livre: Ramsès (Tome 1 à 5)
  • Auteur: Christian Jacq
  • Nombre de pages1 999
  • Édition: Pocket

Résumé

L’auteur nous propose ici une biographie romancée du pharaon Ramsès.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

Voici un projet que j’ai commencé l’année dernière et qui ne se clôture que maintenant. J’ai trouvé cette histoire moyenne, voire passable, mais si j’ai persévéré, c’est plus par curiosité que par passion.
Je reproche à l’auteur d’avoir donné trop de qualités et de superlatifs presque irréalistes au pharaon : il est le plus fort, le plus intelligent, le plus juste, il triomphe de toutes les épreuves et de toutes les persécutions de ces adversaires.
C’est un conte de fées d’environ 2 000 pages que l’auteur propose au lecteur : après l’initiation du jeune Ramsès par son père Séthi 1er vient son accession au trône au détriment de son frère aîné Chénar, qui ne cessera de comploter contre lui. Le règne du pharaon est ponctué par de grands succès : la construction de nouveaux monuments et temples à la gloire des dieux, la victoire contre les Hittites notamment lors de la bataille de Kadesh où il tue à lui seul des milliers de soldats, l’exode des Hébreux, un mariage heureux, un pays prospère et riche. Vous l’aurez compris : ça suinte de bons sentiments, qui donnent aux évènements un goût superficiel, ridicule et peu crédible. J’ai l’impression d’avoir perdu mon temps dans cette lecture et je reproche à l’auteur trop de facilité et trop de mièvrerie.
Le style d’écriture est simple et le livre se lit quand même bien, malgré les longueurs et les invraisemblances historiques qui feraient retourner plus d’un historien égyptologue dans sa tombe. Je pense que le succès de cette saga provient du fait que l’histoire est facile et rassurante et qu’on sait que le personnage principal réussira toujours (comme dans les contes de fées).
Ce type de roman n’est pas du tout ma tasse de thé ; je me suis ennuyée et je l’ai lu avec beaucoup de courage car j’abandonne rarement un livre au beau milieu. Si vous le lisez, dites vous juste que les références historiques sont fausses, que certains évènements sont exagérés par l’auteur et qu’il s’agit uniquement d’un roman de gare destiné à distraire (mais sans plus).
Cette critique est sévère, ne plaira pas à tous, mais c’est mon ressenti et encore, j’ai essayé de tempérer mon agacement. Bref, une lecture à oublier!