Un garçon convenable

Fiche identité

  • Titre du livre: Un garçon convenable 
  • Auteur: Vikram Seth
  • Nombre de pages: 1 780
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Cette histoire se déroule dans l’Inde des années 50. Mme Mehra souhaite que sa fille cadette Lata trouve un mari convenable. Mais dans ce pays à peine sorti de la colonisation, les mœurs commencent à évoluer.

Avis     

C’est avec un immense plaisir que je vous présente ce roman indien, méconnu en France. Cette histoire qui s’étale sur une longue période nous emmène dans un voyage coloré, exotique et lointain dans l’Inde provincial des années 1950.
Le pivot de cette histoire est Lata, la fille cadette de Mme Mehra. Cette veuve souhaite que sa fille puisse avoir un mariage convenable, avec un parti qu’elle aura elle-même choisie. Nous voici ballotés entre Calcutta et Brahmpur avec une série de personnages inoubliables et attachants qui tournent autour de la famille Mehra, les Kapoor, les Chatterji, la famille du Nawab sans oublier Malati, Haresh, Saeeda Bai, Rasheed Kabir etc. Je vous avoue que j’ai une préférence pour les personnages suivants : Lata, Savita, Maan, Firoz, Meenakshi, Kakoli et Amit. Mme Mehra m’a agacée avec son côté autoritaire et aussi sa propension à user du chantage affectif pour obtenir l’obéissance de ses enfants.
Mais ce roman est aussi l’occasion pour l’auteur d’évoquer plusieurs thèmes d’actualité de l’époque : les enjeux politiques avec les guerres internes du parti du Congrès sous l’égide de Nehru ; les coutumes religieuses qui paraissent assez abscons pour un occidental ; les lois sur les zamindari qui ont dépossédés une partie des propriétaires fonciers ; les tensions entre les Hindous et les Musulmans, souvent exacerbées lors des fêtes religieuses ; les conditions des femmes, notamment les mariages arrangées par les familles sans que la principale concernée ait son mot à dire ; les problèmes des castes ; la corruption qui prend de plus en plus d’ampleur dans le pays etc.
Moi qui suit férue de littérature indienne, j’ai découvert ce pays dans toute sa splendeur : sa musique avec ses fameux ragas que j’ai essayé d’écouter sur une plateforme en ligne (euh…pas trop ma tasse de thé), ses plats mijotés qui semblent si délicieux, l’abondance des liens familiaux et sociaux, fils conducteurs de la vie de la communauté.
J’ai beaucoup aimé son style d’écriture qui nous berce et qui nous emmène dans cette contrée exotique. L’auteur a un vrai talent de conteur, beaucoup de charme, de légèreté avec un soupçon d’ironie. Seuls certains passages m’ont paru fastidieux et longs comme tous les chapitres autour de Nehru, toutes les descriptions des rites religieux, ce qui explique que le livre n’a pas obtenu la note maximum.
Je quitte ce livre avec une pointe de chagrin car ces personnages ont partagé mon quotidien pendant plusieurs semaines. C’est un peu comme si je quittais des amis, des membres de ma famille. J’aurai tant aimé que cette histoire continue sur au moins mille pages de plus. Tant de questions sont restés sans réponse : que devient Varun ? Arun va-t-il découvrir les frasques de Meenakshi ? Kakoli restera-t-elle avec Hans ? Lata sera-t-elle heureuse ?
A lire absolument (absolument) pour les amateurs de littérature indienne !

Mon traître

Fiche identité

  • Titre du livre: Mon traître
  • Auteur: Sorj Chalandon
  • Nombre de pages: 275
  • Édition: Grasset

Résumé

Antoine, un luthier à Paris, se passionne pour l’Irlande. Le conflit des années 70-80 devient le sien.  C’est par hasard qu’il rencontre Jim et Cathy, avec qui se liera d’amitié et qui le présenteront à Tyrone Meehan.

Avis     

J’ai eu beaucoup du mal à écrire ce commentaire parce que contrairement aux critiques élogieuses vus et lus partout, je n’ai pas été conquise par cette histoire.
L’ambiance est celle de l’Irlande des années 70-80, en plein conflit avec la Grande-Bretagne. C’est un pan de l’histoire que je connais mal et qui explique peut-être mon manque d’enthousiasme.
Antoine, un luthier français, tombe amoureux de l’Irlande qu’il associe au goût amer de la Guinness, aux réunions le soir dans les bars de Belfast, aux défilés dans les rues au milieu des chars britanniques ou aux familles usées par la guerre civile. Il s’attache surtout à un homme, Tyrone Meehan, à qui il voue une admiration sans bornes. Mais Tyrone, cet homme qu’il vénère, a trahi l’IRA au profit des Britanniques. Quel choc pour Antoine car il met son amitié dans le même sac : tout n’était-il que factice pour Tyrone ?
A l’image d’une relation amoureuse, l’auteur nous décrit la naissance d’une amitié, voire un amour, puis le choc éprouvé face à une trahison. L’auteur se place du point de vue d’Antoine. Mais je n’ai pas réussi à sentir cette amitié intense qu’il décrit. Antoine est trop passionné et peut-être sublime trop leur relation alors que Tyrone reste courtois mais distant.
Le style d’écriture est simple, avec des phrases courtes et hachées mais autant j’ai aimé son ouvrage Le quatrième mur, autant j’ai trouvé celui-ci fade, triste et sans charme.
Cette histoire ne m’a pas plu donc je ne peux pas mettre une note plus élevée. Dommage !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Le quatrième mur