Vox

Fiche identité

  • Titre du livre: Vox
  • Auteur: Christina Dalcher
  • Nombre de pages: 448
  • Édition: Pocket
  • Année de publication: 2018

Résumé

Cette histoire se déroule aux Etats-Unis. Un groupe extrémiste devient le principal pouvoir politique et instaure une nouvelle règle : désormais, les femmes restent au foyer et n’ont droit qu’à cent mots par jour. Un bracelet électronique est là pour surveiller chaque parole. Jean McClellan, chercheuse en neurosciences, se retrouve du jour au lendemain dans cette nouvelle situation. Mais quand le frère du président fait un grave accident, le gouvernement lui demande de l’aide avec pour récompense de libérer sa fille et elle du quota de mots. 

Avis     

C’est grâce à des lecteurs enthousiastes que j’ai découvert ce nouvel auteur. J’ai beaucoup aimé cette histoire qui est un mélange de dystopie et de thriller.
Ce livre m’a interpellé car il souligne l’importance du langage dans notre société. Que se passe-t-il quand du jour au lendemain, seulement cent mots sont octroyés aux femmes ? Quand les petites filles sont formatées dès leur plus jeune âge pour garder le silence ? Quand l’Etat focalise exclusivement leur éducation sur l’arithmétique, la couture et la cuisine ? Quand le rôle des femmes se limite à rester au foyer ?
Avec l’arrivée d’un groupe fondamentaliste, les femmes ont perdu leurs droits : le droit de s’exprimer, le droit de travailler, le droit d’être homosexuelle, le droit de lire, le droit de défendre leurs acquis, le droit de posséder un bien, le droit de se déplacer sans l’autorisation d’un homme, le droit de socialiser… 100 mots par jours : c’est la limite à ne pas dépasser sinon une décharge électrique de plus en plus violente les frappe.
Ce livre m’a donné froid dans le dos car ce dispositif pourrait exister un jour. Comment ? Un jour où on est trop occupé à ne pas défendre nos droits. Un jour où on est resté dans notre zone de confort. Un jour où la paresse a pris le pas. Un jour où on a décidé de ne pas aller voter. Un jour où les manuels scolaires changent et formatent insidieusement vos enfants. Même si ce livre est principalement axé sur la condition des femmes, il fait réfléchir le lecteur sur tous les droits acquis qui pourraient être bafouées si des « fous » arrivent au pouvoir.
C’est dans ce décor cauchemardesque que le lecteur est plongé. Il va suivre les péripéties de Jean qui doit développer un sérum pour soigner le frère du président, victime d’un accident. C’est totalement addictif car chaque page nous offre un lot de suspens et d’actions. En plus le style d’écriture est fluide, agréable et léger. On n’a qu’une envie : tourner la page pour découvrir la suite !
J’ai juste un bémol : la fin est bâclée. J’aurai aimé que le lecteur développe certains points mais il reste des zones d’ombres, ce qui donne une impression d’inachevée. C’est vraiment dommage d’avoir ce dénouement brouillon face à l’envergure du début de livre.
Quoiqu’il en soit, je mets quand même une bonne note car l’ensemble est vraiment bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *