Tant que le café est encore chaud

Fiche identité

  • Titre du livre: Tant que le café est encore chaud
  • Auteur: Toshikazu Kawaguchi 
  • Nombre de pages: 240
  • Édition: Le livre de poche 
  • Année de publication: 2019 

Résumé

Il existe un café spécial à Tokyo nommé Funiculi Funicula. Dans cet établissement, sous réserve de respecter certaines règles, il est possible de retourner dans le passé le temps que le café soit encore chaud.

Avis     

Ce livre raconte l’expérience de quatre femmes qui, grâce à la magie dans le café Funiculi Funicula, choisissent de revenir dans le passé. Leur temps est assez limité puisqu’elles ne peuvent y rester que le temps d’un café chaud. De même, ce retour dans le passé n’a strictement aucune incidence sur le présent.
Si l’originalité du récit m’avait d’abord attiré, j’ai vite perdu mon enchantement. Ce livre, qui oscille entre nouvelles et roman, est juste un condensé de mièvreries, de répétitions et de situations les plus larmoyantes possibles. J’ai l’impression que l’auteur essaie de jouer avec les sentiments du lecteur en racontant des histoires tristes dégoulinantes d’amour, de deuil et de séparation.
Rien dans ces histoires ne m’a ému ni fait vibrer parce que je sentais venir à des kilomètres à la ronde l’intrigue. Les personnages sont inintéressants. C’est creux, mais tellement creux que j’ai soupiré d’exaspération tout au long de ma lecture.
Le style d’écriture est plat, fade et sans aucun relief. J’ai failli mourir d’ennui devant ses dialogues insipides. Si on supprimait les multiples répétitions, on pourrait bien amputer cent pages à ce livre. J’ai l’impression d’avoir perdu mon temps dans cette lecture.
Face aux éloges reçus par ce bouquin et aux millions d’exemplaires vendus, je me sens un peu déconnectée de cette vague « feel good ». Je recherche de la profondeur, des émotions et un vrai style dans la littérature, pas cette espèce de méli-mélo pseudo-développement personnel, pseudo-romance. Définitivement, ce livre n’est pas ma tasse de thé donc je passe à autre chose. Un grand dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *