Quand j’avais cinq ans je m’ai tué

Fiche identité

  • Titre du livre: Quand j’avais cinq ans je m’ai tué
  • Auteur: Howard Buten
  • Nombre de pages: 208
  • Édition: Points

Résumé

Gil, un petit garçon de huit ans,  est envoyé dans une résidence spécialisée pour enfants suite à une bêtise qu’il a commise.

Avis   

Malgré tous les éloges que j’ai entendu sur ce livre, je n’ai pas accroché du tout et c’est une note catastrophique – quasi rarissime sur ce blog – qui tombe. Que dire ? Comment expliquer ce résultat ?
Premièrement le style d’écriture est vraiment difficile, ennuyeux et lassant. Je sais que l’auteur a tenté de s’approcher au plus près des états d’âme d’un enfant mais c’est extrêmement mal écrit, avec beaucoup de fautes d’orthographe, des phrases sans queue ni tête. Sincèrement la psychologie d’un enfant de cet âge là n’est pas aussi limité ni sa façon d’exprimer ces idées.  J’ai l’impression que l’auteur voulait le faire passer pour un crétin.
L’histoire est décevante : Gil a fait une grave bêtise qui l’a conduit dans un centre d’éducation spécialisé. On va suivre le fil de ses pensées, les souvenirs qui l’ont particulièrement marqués, ses séances de psychothérapie avec le médecin. Ce garçon a beau être le personnage principal, il ne m’a pas ému du tout : je n’ai  ressenti aucune sympathie, ni compassion ni même pitié pour lui. 
Tout est confus dans le roman même si on devine entre les lignes l’acte qu’il a commis. Ce n’est qu’à la fin du livre qu’on découvrira réellement ce qui s’est passé. Je ne le blâme absolument pas mais je pense que c’est beaucoup de bruit pour rien du tout et les chapitres précédents ne servent à rien, sauf à donner du volume à l’ouvrage.
L’auteur propose une vision du monde très simpliste, voire caricatural: le monde des méchants adultes contre celui des gentils enfants. D’autres éléments m’ont plus indigné que sa sottise, notamment le comportement autoritaire et très sévère des maîtresses d’école qui n’hésitaient pas à frapper leurs élèves, les exercices d’alerte aérienne dans les petites classes ou même le traitement des enfants dans les hôpitaux psychiatriques.
Bref, je suis très déçue donc je vous le déconseille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *