Le sabre des Takeda

Fiche identité

  • Titre du livre: Le sabre des Takeda
  • Auteur: Yasushi Inoué
  • Nombre de pages: 291
  • Édition: Philippe Picquier

Résumé

Nous sommes au XVIème siècle au Japon, un pays ravagé par des batailles sanglantes entre plusieurs seigneurs. Un des clans les plus prestigieux à cette époque est celui des Takeda, dirigé par Harunobu. Yamamoto Kansuke, un  homme difforme et laid réputé pour son talent dans l’art de la guerre, tentera par tous les moyens de devenir le conseiller de cet illustre général et participera aux combats décisifs de Harunobu contre les autres chefs de guerre.

Avis     Coeur-blogCoeur-blog

J’ai pris ce livre à la bibliothèque en espérant trouver une histoire dans la même veine que La pierre et le sabre, de Eiji Yoshikawa.  Tous les ingrédients étaient pourtant présents mais j’étais vraiment déçue en arrivant à la fin du livre. Le livre commençait plutôt bien mais lorsque Yamamoto Kansuke finit par se mettre au service de Harunobu, tout se dégrade. L’histoire ressemble à un long exposé de batailles qui se suivent et se ressemblent et cela devient très lassant au bout de la troisième confrontation avec les autres clans. C’est un roman épique qui est axé sur la stratégie militaire et l’art de la guerre. Pour ceux qui recherchent des histoires de samouraï, comme celui de Musashi, je leur déconseille fortement ce livre.
L’auteur ne s’attarde pas sur les ravages et la misère que subit la population à cause de de toutes ces batailles, qui ont pour seul objectif de satisfaire l’ambition personnelle d’une poignée d’individus. D’ailleurs, les personnages principaux m’ont paru vides et totalement abjectes. Pour moi, Harunobu n’est qu’un jeune homme ambitieux, égoïste, tourné vers la violence et la tromperie. Il en va de même pour Yamamoto Kansuke, qui mérite bien son statut de vassal et d’assassin, prêt à tout pour satisfaire les désirs et les caprices de son maître (et de sa concubine). L’auteur essaie d’adoucir les thèmes épiques en y incorporant les intrigues entre les différentes courtisanes, dont Dame Yubu et Dame Okoto mais la pilule ne passe pas.
Malgré tous ces défauts, le livre a le mérite de développer les intrigues politiques du Japon médiéval et donne des informations historiques intéressantes notamment sur le statut des femmes, le lien qui unit les vassaux et le suzerain…etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *