Le roman du mariage

Eugenides, Jeffrey - Le roman du mariageFiche identité

  • Titre du livre: Le roman du mariage
  • Auteur: Jeffrey Eugenides
  • Nombre de pages: 572
  • Édition: Points

Résumé

Cette histoire se déroule aux Etats-Unis vers les années 1980 et commence au campus de Brown où étudient Madeleine, Mitchell et Léonard. Chacun d’eux, tout juste sorti du giron familial, pétri d’illusions et de vagues espérances, va se heurter aux réalités de la vie d’adulte.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Après avoir entendu tellement de bien sur Jeffrey Eugenides, il était temps pour moi de le découvrir. Je suis ressortie de cette lecture avec un avis mitigé : d’un côté j’ai trouvé son style d’écriture captivant, mais l’histoire m’a paru lente et souvent peu intéressante. L’auteur dresse ici le portrait de trois étudiants et nous propose une analyse très fine de la psychologie de chacun d’eux.
Madeleine, fille d’une famille de riches bourgeois, est férue de littérature victorienne. Elle s’engage dans ce cursus par passion et mène une vie estudiantine des plus banales. Equilibrée, prudente mais gâtée, ce personnage principal m’a paru insipide et peu attachante. Mitchell, lui, se trouve dans la même classe sociale que Madeleine : il entame des études de théologie, par pur intérêt pour le sujet sans se soucier des éventuels débouchés. Son parcours spirituel ne le conduit finalement pas à grand-chose, si bien qu’il m’a paru aussi futile que Madeleine.
Seul Léonard est pour moi le personnage le plus abouti  car l’auteur a su décrire avec un réalisme saisissant sa maladie. Maniaco-dépressif, il enchaîne les phases d’extrême excitation nerveuse avec les phases de dépression et on sent toute la lutte qu’il mène contre lui-même chaque jour. C’est l’occasion de découvrir les traitements de l’époque et de mesurer les difficultés qu’engendre cette maladie pour lui et pour son proche entourage.
Contrairement à ce que suggère cette couverture il n’y a pas vraiment de trio amoureux : Madeleine aime Léonard, et si Mitchell ressent quelque chose pour elle, il est d’emblée exclu et n’entretient que de brèves relations amicales avec Madeleine. L’auteur aborde plutôt la complexité des relations humaines et la découverte de soi. Je mettrai ce livre dans la catégorie « roman d’apprentissage » car chaque personnage va, à leur détriment passer cette phase de transition délicate entre les illusions de jeunesse et la réalité implacable de la vie.
Le style d’écriture est, comme je l’ai dit plus haut, captivant. Il joue avec les mots et évoque chaque sujet avec réalisme et humour. Le ton est mesuré, mais reste fluide malgré une chronologie des plus chaotiques.
Pour être franche, je ne sais pas quoi vous recommander ce coup-ci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *