Le loup des steppes

Hesse, Hermann - Le loup des steppesFiche identité

  • Titre du livre: Le loup des steppes
  • Auteur: Hermann Hesse
  • Nombre de pages: 224
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

A force de renier ce qui constitue le bonheur quotidien des hommes, Harry Haller devient un être asocial, proie d’une extrême solitude qu’il vit mal, au point de s’identifier à un « loup des steppes ». Mais sa rencontre avec Hermine, une courtisane risque de modifier le cours de sa vie.

Avis     Coeur-blog

J’ai mis cette mauvaise note car rien ne m’a plu dans cet ouvrage. J’ai trouvé le sujet opaque et je n’ai pas réussi à y trouver le moindre intérêt : il s’agit de l’errance de Harry Haller, un homme misanthrope qui s’intègre mal à la société. Lui-même se sent comme un schizophrène, une créature partagée entre deux personnalités antagonistes, mi-homme social et mi-loup sauvage et bestial. Ce personnage principal m’a énervé, parce qu’il se prétend au dessus des autres, parce qu’il se prend trop au sérieux et se crée lui-même des problèmes existentiels insolubles. Sa quête du bonheur m’a paru vaine, car il pense ne la réaliser que dans une félicité intellectuelle détachée des besoins matériels. Pour moi, Harry est un maniaco-dépressif, complètement névrosé, un homme pétri d’un idéal impossible à atteindre et qui consume misérablement son existence en soupirant après les mirages.
Je me suis ennuyée à mourir et cette lecture fut un désagrément que j’avais juste envie de terminer au plus vite. Je n’ai pas compris grand-chose au cours de ma lecture et certains passages sont restés hermétiquement fermés à ma compréhension comme les parties sur le théâtre magique : est-ce des hallucinations suite à la prise de psychotropes ? Est-ce une allégorie mais de quoi ?
Le style d’écriture est dense et très classique, et pas très fluide à mon goût. Le ton est lent, et on se perd dans cet univers un brin fantastique qui met le lecteur parfois mal à l’aise. La fin est mystérieuse, incompréhensible et opaque comme l’a été tout le livre.
Cette critique est sévère mais sincère. Oui, je n’ai pas aimé le livre et tant pis si les apôtres d’Hermann Hesse me plongent dans du goudron et des plumes !
Conclusion : une lecture à éviter !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blogSiddhartha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *