La solitude des nombres premiers

Giordano, Paolo - La solitude des nombres premiersFiche identité

  • Titre du livre: La solitude des nombres premiers
  • Auteur: Paolo Giordano
  • Nombre de pages: 342
  • Édition: Points

Résumé

Marqués chacun au cours de leur enfance par une tragédie, Mattia et Alice avancent tant bien que mal dans la vie…

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Ce livre m’a attiré à cause de son titre étrange, qui évoque les mathématiques. Bien que je ne sois pas éprise de cette discipline, je croyais me lancer dans ce thème en lisant cet ouvrage. Et figurez-vous que ce livre ne parle pas de chiffres, encore moins de mathématiques, si un tout petit peu mais c’est marginal ! Voilà le genre de surprises qu’on rencontre lorsqu’on évite de lire les 4ème de couverture.
Bon, qui sont ces « nombres premiers » et pourquoi se sentent-ils seuls alors ? Il s’agit en fait de l’histoire de deux personnes écorchées vives, blessées par une tragédie dans leur enfance et qui traînent leur passé comme une ombre toujours omniprésente dans leur vie. D’un côté, il y a Mattia, un chouia autiste qui se réfugie dans les mathématiques pour fuir la réalité. De l’autre côté, il y a Alice, anorexique, légèrement handicapée suite à un accident de ski et qui se sent comme une paria au niveau de la société. Ils sont mal dans leur peau, solitaires et disons honnêtement les choses « handicapés socialement ».
Au cours de ce récit, on les suit tour à tour au moment de quelques évènements précis de leur adolescence et de leur vie d’adulte. Cette histoire est une suite de malentendus, d’incompréhension et d’échecs. Au moment où l’un avance, l’autre recule et c’est un ballet sans fin où leurs vies semblent se frôler pour se séparer brusquement.
Ce livre laisse un arrière-goût amer dans la bouche. On a envie de secouer un peu ces deux personnages, de leur dire de laisser tomber toute cette culpabilité et ce nombrilisme et d’aller de l’avant. A aucun moment, ils ne tentent de sortir de ce cercle infernal où ils sont englués et j’ai senti parfois beaucoup trop de complaisance et d’état morbide dans leurs comportements.
Quoiqu’il en soit et malgré cette sévère critique, j’étais happée par le style d’écriture et je n’ai pas pu lâcher ce roman qui est très bien écrit. Le style est fluide mais à certains moments m’a paru froid et brut. Même si j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages et si certaines situations m’ont semblé trop pathétiques, je trouve que l’auteur a su bien exploité son thème. J’applaudis cette fin courageuse, loin des clichés gnans-gnans de certains romans. C’est la seule fin qui semblait « logique » vu tout ce qui s’est passé.
Pour conclure, un romain intéressant à découvrir mais si vous vous sentez déprimé, à éviter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *