La maison aux esprits

Allende Isabel - La maison aux espritsFiche identité

  • Titre du livre: La maison aux esprits
  • Auteur: Isabel Allende
  • Nombre de pages: 540
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Cette histoire se déroule dans un pays d’Amérique du Sud – probablement le Chili – et raconte l’histoire d’une grande famille sur plusieurs générations.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Voici un livre qui m’a laissé un excellent souvenir. Tout au long de la lecture, je me suis sentie comme une membre à part entière de la famille Trueba et j’ai suivi avec beaucoup d’enthousiasme l’histoire de ces quatre générations. C’est comme si pendant un temps j’étais là-bas avec eux tout en continuant mon train-train quotidien. Souvent je sortais du roman un peu hébété, comme si je m’éveillais d’un bon rêve et que je ne savais plus où j’étais.
Dans ce roman, vous rencontrerez des personnages attachants, sympathiques, drôles, pleins de fantaisies et de mystères. Il y a d’abord l’inimitable Clara, toujours un peu fantastique et dans la lune à cause de mon penchant pour l’au-delà mais autour de qui gravite de nombreux protagonistes comme ses enfants Blanca, Nicolas et Jaime ; ses parents Nivea et Severo del Valle, sa petite fille Alba sans compter les multiples personnages secondaires comme la belle-sœur Férula ; Pedro Garcia, le comte Jean de Satigny, les fermiers, les domestiques, les adeptes du spiritisme, la nourrice, le chien Barrabas etc. etc.
Je garde ici un paragraphe spécial pour Esteban Trueba : propriétaire terrain qui voue une obédience aveugle pour le parti conservateur, c’est un homme abusif envers les paysans qu’ils emploient ; et un mari autoritaire, tyrannique et emporté avec sa famille. Il n’en reste pas moins un personnage très abouti et complet que j’ai bien apprécié, et qui m’a fait rire aux éclats plusieurs fois.
L’auteur raconte aussi les évènements qui ont entraîné l’arrivée de la dictature dans un pays d’Amérique du sud ; politique qui a entraîné des innombrables tortures, poursuites et exactions de tout genre.
Le style d’écriture est léger, fluide, ponctué de belles descriptions. L’ambiance oscille entre le fantasque, la folie, l’humour et un brin de sentimentalité. C’est coloré, gai et passionnant ! On partage avec plaisir les joies et les peines de cette famille, et c’est avec tristesse que je les quitte (dommage qu’il n’y ait pas cinq cent pages en plus !).
Pour conclure, une pépite d’or dénichée dans ma pile de livres que je vous recommande à tout prix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *