Kafka sur le rivage

Murakami, Haruki - Kafka sur le rivageFiche identité

  • Titre du livre: Kafka sur le rivage
  • Auteur: Haruki Murakami
  • Nombre de pages: 637
  • Édition: 10 x 18

Résumé

Cette histoire se déroule au Japon. Kafka Tamura, un jeune garçon de quinze ans, fugue de chez son père et se dirige vers l’ouest. Au cours de son trajet, il s’arrête dans la ville de Takamatsu où il se lie d’amitié avec Oshima et Mlle Saeki, deux personnes qui travaillent dans la bibliothèque privée Komura.

Avis     Coeur-blogCoeur-blog

Avant toute chose, je précise que cet avis est entièrement subjectif. Les fans de Murakami – s’ils ont l’espoir de me croiser au détour d’une ruelle de Tananarive – s’empresseront de me poursuivre pour me plonger dans du goudron et des plumes. Qu’importe, je ne crains pas leur colère et si ma voix n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, je le dis quand même : je n’ai pas aimé ce livre !
En fait, je me suis sentie complètement dépassée par ce récit qui mêle la réalité au fantastique. Cette frontière est tellement floue, tellement improbable qu’en tant que lecteur, je ne sais plus où me placer : un homme qui parle aux chats, des pluies de poissons et de sangsues, des personnages célèbres comme Johnny Walken ou le colonel Sanders qui interviennent dans la vie des protagonistes, une pierre magique etc. Cela a été difficile de discerner ce qui relève de la réalité, du rêve, du fantasme et de la folie des protagonistes.
En quelques mots, il s’agit d’un roman d’apprentissage mais mystérieux. Deux quêtes parallèles animent ce récit : celle de Kafka Tamura, jeune garçon de quinze ans abandonné par sa mère et celle de Nakata, un vieil homme légèrement handicapé mental suite à un étrange accident dans son enfance, qui va je ne sais où pour je ne sais quelle raison.
L’auteur évoque plusieurs sujets sur le sens de la vie, la mémoire et les souvenirs, la littérature, la musique, l’absence et l’abandon vécu, le temps qui passe, l’amitié, la sexualité etc. Mais tous ces thèmes m’ont paru floues, métaphoriques, symboliques, comme si je n’étais pas en mesure de comprendre où l’auteur voulait réellement en venir, et si finalement, tout ce récit avait un sens. La question qui me taraude encore est : pourquoi ? Où l’auteur nous mène-t-il ? Beaucoup de questions sont restées sans réponse une fois le roman terminé, ce qui a créé une terrible frustration chez moi.
Le style d’écriture est clair, mais avec un rythme long et trop détaillé à mon goût sur les faits et gestes de Kafka Tamura. C’est souvent insipide et à quoi bon avoir tous ces détails sur la tenue vestimentaire ou les parties de son anatomie qu’il a lavé ? C’est avec un grand soulagement que j’ai terminé ce roman, et je doute que je reviendrai vers un autre ouvrage de Murakami. A mon avis, il plaît à un certain type de lecteur – le genre intellectuel et en quête de sens abstrait – mais pour moi, ce n’est pas un univers littéraire qui me convient et que je comprends.
Quoiqu’il en soit, et malgré toutes mes critiques, je remercie l’auteur de m’avoir fait découvrir ce merveilleux morceau de musique de Beethoven intitulé « A l’archiduc ».
Un dernière phrase avant la fin ? Non, Sayonara Murakami-san !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *