Germinal

Zola, Emile - GerminalFiche identité

  • Titre du livre: Germinal
  • Auteur: Emile Zola
  • Nombre de pages: 638
  • Édition: Gallimard

Résumé

Nous sommes vers la fin du XIXème siècle en France. Etienne Lantier, machineur sans emploi, va de ville en ville pour trouver un travail. Finalement, il sera embauché en tant que herscheur au Voreux, une mine située dans le Nord. Lorsque leurs conditions de travail se dégradent, il se retrouve à la tête des mineurs pour une grève.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Suite à une visite très intéressante au musée des Mines à Lewarde, j’ai laissé de côté mes lectures actuelles pour redécouvrir Germinal. Si, auparavant je n’avais pas aimé l’histoire, cette fois-ci j’ai eu un véritable coup de cœur.
L’auteur nous raconte avec beaucoup de réalisme le quotidien des mineurs qui travaillent dans la fosse du Voreux.  Il nous décrit avec précision leurs conditions de travail inhumaines: extraction de la houille presque à plat ventre sous une chaleur étouffante pendant des heures,  vieillards, femmes et enfants poussant des berlines très lourdes, les risques multiples d’accidents liés aux éboulements ou au grisou, les maladies attrapées à force de respirer la poussière du charbon…pour un salaire misérable. A côté du travail à la mine, on découvre aussi la vie du coron où les femmes enchaînent les grossesses, où il est rare qu’on mange à sa faim, où la promiscuité des gens  pousse les jeunes à devenir très précoces …
C’est vraiment une histoire très triste et très poignante qui donne les larmes aux yeux, notamment celui de la famille Maheu qui a été  frappé par la tragédie depuis le début de la grève. On ressent les émotions et les sentiments qui animent chaque personnage, depuis Etienne Lantier jusqu’aux bourgeois propriétaires de la mine.  D’ailleurs, le personnage qui m’a fait le plus de peine est Catherine, cette pauvre fille docile qui vivote encore entre l’adolescente et la femme.
A côté des idées politiques de son époque comme le socialisme ou l’anarchie,  l’auteur, selon moi, analyse plus profondément la psychologie de la foule et l’ivresse donnée par le pouvoir.
Le style d’écriture est assez consistant, avec beaucoup de détails, c’est pourquoi il faut lire l’ouvrage doucement pour apprécier les descriptions.
C’est un vrai chef-d’œuvre donc lisez-le !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: L’assommoir Thérèse Raquin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *