Deux soeurs pour un roi

Gregory, Philippa - Deux soeurs pour un roiFiche identité

  • Titre du livre: Deux soeurs pour un roi
  • Auteur: Philippa Gregory
  • Nombre de pages: 660
  • Édition: Archipoles Editions

Résumé

Cette histoire se déroule en Angleterre au XVIème siècle et raconte les manigances de la famille Boleyn pour attirer les faveurs du roi Henri VIII.

Avis     Coeur-blogCoeur-blog

Après avoir affronté la Révolution française avec Charles Dickens, nous retrouvons les intrigues de la monarchie anglaise du XVIème siècle.
La narratrice, Marie Boleyn, nous raconte les complots menés par sa famille pour asseoir leur pouvoir au sein de la cour anglaise. Henri VIII souhaite ardemment un fils que son épouse  Catherine n’arrive pas à lui donner. Les Boleyn vont profiter de cette situation: Marie deviendra la maîtresse du roi afin de lui soutirer des faveurs (terres, titres et monnaies sonnantes et trébuchantes etc…) mais aussi lui procurer un héritier mâle.  Mais quand celui-ci se lasse d’elle, Anne, sa soeur tente de le séduire à tout prix et ambitionne même de devenir reine d’Angleterre.
Je n’ai pas été touchée par le sort des deux principales protagonistes: Marie est un peu sotte, très passive et son comportement est parfois ambigu. Même s’il elle souhaite une vie simple et retirée à la campagne, elle n’arrive pas à s’affranchir de la tutelle de sa famille et leur obéit en tout. Anne, qui au début, est charmante, deviendra, au fur et à mesure de l’histoire ambitieuse, tyrannique, égoïste : elle est prête à tout écraser sur son passage pour arriver à ses fins et les gens ne sont pour elles que des outils. Cette vision d’Anne Boleyn m’a paru trop caricaturale.
C’est une fresque historique qui s’étale sur un long moment. Sur le point de vue historique, nous découvrons le statut précaire des femmes à cette époque: sans aucun pouvoir de décision, leur vie dépendait du bon vouloir de leur père et leur époux. Monnaies échangeables, troquées, vendues au plus offrant, elles ressemblaient presque à du bétail: leur seul rôle consistait à mettre au monde des enfants, de préférence des fils solides, et pour les dames de la cour d’être charmantes, enjouées et souriantes quelles que soient les circonstances.
Pour un livre qui se déroule au Moyen Age – époque réputée pour ses pratiques chastes et strictes –  j’étais très étonnée de voir autant de scènes de sexe, crues et vulgaires. Sur certains chapitres, on aurait dit plus du roman érotique qu’un livre basé sur des faits historiques.
Le style d’écriture est très plat, monotone, sans saveur. Il comportait trop de longueurs, beaucoup de répétitions sur la vie de la cour, les parties de chasse et les états d’âme de chacun des personnages. Par contre, les péripéties sont succinctes et se jouent essentiellement sur les cinquante dernières pages. Malgré le thème passionnant,  je me suis profondément ennuyée sur certaines parties du récit . Un grand DOMMAGE!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *