Pour quelques milliards et une roupies

Fiche identité

  • Titre du livre: Pour quelques milliards et une roupies
  • Auteur: Vikas Swarup
  • Nombre de pages: 432
  • Édition: 10 x 18

Résumé

Sapna Sinha, depuis le décès de son père, assure les revenus de sa famille en travaillant comme vendeuse dans un magasin d’électroménager. Lors de sa pause-déjeuner, elle est abordée par un homme qui lui propose d’être PDG de son entreprise, et donc d’être l’héritière de son immense fortune, sous réserve qu’elle réussisse sept épreuves.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Ce livre est un conte de fées moderne qui se déroule en Inde. Autant j’ai aimé les deux autres ouvrages de Vikas Swarup, autant j’ai trouvé ce roman insipide et terne. Il est bâti sur le même schéma narratif, c’est à dire des épreuves vécues par une héroïne pauvre mais courageuse. Sapna est un personnage attachant qui tente de s’en sortir tant bien que mal avec une mère malade et une petite sœur égoïste et imbue d’elle-même. Son destin bascule lorsqu’on lui propose le poste de PDG d’un grand groupe et une fortune colossale si elle réussit une certaine batterie de tests.
Les épreuves qu’elles affrontent sont l’occasion pour le milliardaire, commanditaire de cette idée farfelue, de voir de quel bois elle est faite, de déterminer ses réactions face à une situation difficile et de voir ses capacités d’adaptation. C’est l’occasion aussi pour l’auteur de dénoncer les problèmes actuels de l’Inde : la pauvreté et la misère, la corruption qui gangrène la société, le travail des enfants, le trafic d’organes, les mariages forcés etc. Mais c’est superficiel, vraiment léger sans entrer réellement dans le vif du sujet.
Le dénouement est juste hollywoodien, irréaliste, rocambolesque et ridicule : s’enfuir d’un commissariat alors qu’elle est accusée de meurtre, découvrir un secret enfoui depuis des années grâce à une pièce de cinq roupies qui roule dans un trou etc. Cela gâche l’ensemble et donne un livre banal, conventionnel et quelconque.
Le style d’écriture est agréable, fluide et le livre se lit vite malgré tout. J’ai noté quand même plusieurs marques citées, dommage !
Ce n’est pas un livre exceptionnel mais il reste un divertissement léger pour les vacances.

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devient milliardaireMeurtre dans un jardin indien

Une bonne épouse indienne

Fiche identité

  • Titre du livre: Une bonne épouse indienne
  • Auteur: Anne Cherian 
  • Nombre de pages: 512
  • Édition: Folio

Résumé

Alarmé par des nouvelles inquiétantes sur la santé de son grand-père, Neel rend visite à sa famille en Inde pour quelques semaines. Mais il ne soupçonne pas le piège tendu par sa famille : à cause d’un malentendu savamment arrangé, il se retrouve coincé dans un mariage arrangé avec une jeune indienne nommée Leila.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

Ce livre est venu dans ma pile de lectures après un bon restaurant indien, comme quoi des chemins détournés mènent à la littérature.
C’est une histoire douce sur un mariage arrangé entre deux personnes : Neel, un médecin d’origine indienne qui a vécu longtemps aux Etats-Unis et qui s’est bien adapté à la culture de son pays d’adoption au point parfois de rejeter la sienne ; Leila jeune femme indienne qui se retrouve catapultée dans un nouveau pays à la suite d’un mariage arrangé où elle n’a rencontré son prétendant qu’une seule fois.
Si au début Leila semble n’être qu’une oie blanche bercée par des romans d’amour anglais et des films hindis, elle se révèle au fur et à mesure des pages plus subtile qu’elle ne le paraissait au début.
Quant à Neel, sa lâcheté m’a agacé : on sent qu’il est partagé entre deux cultures aux antipodes l’une de l’autre et que son rêve d’être en couple avec une Américaine (de préférence blonde) est le symbole de sa complète réussite sociale. Mais à aucun moment, il n’ose briser la glace avec son encombrante épouse et se contente de la soumettre à la solitude tout en continuant sa vie d’avant. Pff, il méritait une bonne paire de claques la plupart du temps !
Le livre reste quand même intéressant car l’auteur fait évoluer doucement les personnages, surtout Leila. Toutefois, je ne peux pas mettre une note supérieure car la morale de l’histoire est ambiguë : le choix de la famille se conclue par une réussite mais est-ce le cas dans la réalité ? Qu’en est-il de ces mariages arrangés où les femmes se retrouvent affublés d’un compagnon violent ou tyrannique qui la tient totalement à sa merci ? Pour moi, cette tradition reste absurde et cruelle, notamment pour les femmes, emprisonnées dans ces carcans rigides et qui sont « vendues » au premier venu.
Bon le livre reste quand même léger et doux, avec un style d’écriture fluide et agréable. Je le recommande comme une lecture d’été facile et sans prise de tête !