Associés contre le crime suivi de Le crime est notre affaire

Fiche identité

  • Titre du livre: Associés contre le crime suivi de Le crime est notre affaire
  • Auteur: Agatha Christie
  • Nombre de pages: 252
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Nous avons ici quinze enquêtes du couple Tommy et Tuppence Beresford.

 Avis     Coeur-blogCoeur-blog

Est-ce que vous vous souvenez de ce couple un peu déjanté, déjà lu dans les romans Mr. Brown ou N ou M ? Nous les retrouvons ici dans quinze nouvelles que je qualifierai de médiocre. Alors qu’ils commencent à être lassés de leur routine, un agent de Scotland Yard leur propose d’intégrer une agence de détectives, qui potentiellement pourrait avoir maille à partir avec des espions russes.
Mais les enquêtes sont fades, banales et sans saveur. Je suis extrêmement déçue de la tournure de ces nouvelles: de l’espionnage des années 50, un vol banal de bijoux, une jeune femme qui disparaît subitement au moment où son fiancé arrive, un meurtre où ils arrivent trop tard etc. Heureusement, ce couple est sympathique et drôle ce qui a sauvé l’ensemble du naufrage. Le style d’écriture est agréable, léger et l’ensemble se lit vite.
Pour conclure, je pense que c’est un ouvrage assez quelconque. Agatha Christie a fait mieux en termes d’intrigue!

La couleur du lait

Fiche identité

  • Titre du livre: La couleur du lait
  • Auteur: Nell Leyshon
  • Nombre de pages: 192
  • Édition: 10 x 18

Résumé

Cette histoire se déroule au cours de l’année 1831 dans la campagne anglaise. Mary travaille durement à la ferme avec ses trois autres sœurs, sous la férule de son père, un homme brutal et violent.  Un soir, sa vie bascule lorsqu’on l’envoie travailler chez le révérend Graham.

 Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

En manque d’inspiration au niveau de mes lectures, j’ai erré comme une âme en peine sur le site Babelio à la recherche de mon prochain coup de cœur. Je suis tombée par hasard sur ce livre, au titre des plus incongrus. Après avoir vu quelques commentaires élogieux qui ne dévoilent pas l’intrigue, ma curiosité a été fortement titillée et me voilà en train d’entamer ce bouquin.
C’est une histoire émouvante qui raconte la tragique existence de Mary, une fille de ferme. C’est une héroïne attachante, drôle, avec une langue bien pendue. Ses réparties sont juste excellentes. Elle m’a fait rire plusieurs fois avec son côté effronté, franche et pas peureuse pour un sou.
Née avec un pied difforme, elle mène une rude existence de fermière avec ses trois sœurs. Le travail des champs, la traite des vaches et le soin des animaux de la ferme sont son pain quotidien. Lorsque son père, homme brutal et violent, l’oblige à quitter son foyer pour servir de domestique chez le révérend, Mary ne peut que s’exécuter. Mais, le rayon de soleil n’est que de courte durée.
Cette histoire dénonce les conditions sociales de l’époque, notamment celles des femmes venant des classes sociales modestes. Soumises à la brutalité des hommes, soit d’un mari ou d’un employeur, elles vivent un quotidien de travail harassant, sans répit et sans personne vers qui se tourner pour soulager leurs peines. Ce livre évoque aussi l’injustice sociale, la pauvreté et la misère qui frappent les familles et dessèchent les cœurs. La fin est juste bouleversante ;  je ne m’y attendais pas, ce qui m’a surprise et émue.
Mais pourquoi ne pas avoir mis le 5ème cœur ? Le style d’écriture m’a rebuté, avec des phrases sans majuscules, une ponctuation hasardeuse, des fautes d’orthographe et des répétitions dans tous les sens. Je comprends la volonté de l’auteur d’être au plus proche d’une jeune femme maîtrisant approximativement l’écriture mais ce procédé reste quand même lassant à lire.
En tout cas, c’est une belle découverte que je vous recommande fortement !