Anatomie d’une disparition

Fiche identité

  • Titre du livre: Anatomie d’une disparition
  • Auteur: Hisham Matar
  • Nombre de pages: 256
  • Édition: Gallimard

Résumé

Nuri, le narrateur, se souvient de ces années d’adolescence avant la disparition soudaine de son père, kidnappé à Genève.

Avis     

Grâce aux membres assidus de Babelio, j’ai découvert cet auteur.
Ce roman aborde plusieurs sujets. Il est d’abord celui d’un adieu douloureux, teinté de culpabilité et de regrets. Nuri n’est qu’un adolescent lorsque son père disparaît sans laisser de traces. Lui, enfant unique choyé, pensionnaire dans une école privé anglaise, se retrouve seul au monde.
Devenu adulte, il essaie de raviver tous ses souvenirs familiaux, peut-être pour combler le vide dans son existence: sa mère décédée dans des circonstances mystérieuses, son père féru de politique mais éternellement absent, les rares moments qu’ils ont passé ensemble, le tempérament de ses parents. Avec un certain détachement, il essaie de décrire les relations nouées avec Mona, sa belle-mère, une femme très jeune. Nuri est attiré par cette dernière, qui laisse aussi planer une certaine ambiguïté dans leurs relations.
Le style d’écriture est doux, sobre et sans fioritures. L’auteur nous offre des personnages bien travaillés et sait nous partager leurs émotions et leurs sentiments.
C’est un livre très touchant qui mérite le détour ! A découvrir !

Chroniques de la révolution égyptienne

Fiche identité

  • Titre du livre: Chroniques de la révolution égyptienne
  • Auteur: Alla El Aswany
  • Nombre de pages: 320
  • Édition: Actes Sud

Résumé

Ce livre est un assemblage de cinquante chroniques de l’auteur qui dénonce les conditions politiques et sociales de l’Egypte avant la révolution.

Avis     

Je connais bien cet auteur pour avoir lu deux de ces romans mais je suis déçue par cet ouvrage. J’étais induite en erreur par le mot « Chroniques » car je m’attendais à des fictions, voire des témoignages sur le quotidien des Egyptiens pendant cette période trouble.  Bref, un roman comme l’immeuble Yacoubian qui est particulièrement réussi.
Or, ce livre est un essai, un pamphlet qui regroupe des articles de presse de l’auteur avant la révolution.  Chaque article est une vive critique du régime de l’époque : corruption, népotisme, tentative de transmission du pouvoir présidentiel par Moubarak à son fils Gamal, fraude électorale, pauvreté, violence policière, dégradation des conditions de la femme, recrudescence de l’extrémisme religieux en Egypte, services publics défaillants notamment les hôpitaux publics etc.
Mais  la structure de cet ouvrage n’est pas idéale car les idées véhiculées dans ces chroniques se répètent. Une fois qu’on a lu quelques uns qui traitent du même thème, on s’ennuie. On sait ce que l’auteur va dire, on sait ce pourquoi il se bat. Imaginez 50 articles du même genre sur environ 300 pages ! Soit on aime, soit on passe son tour, soit on prend sur soi pour finir lentement l’ouvrage dans l’espoir que le ton changera vers la fin.
Le style d’écriture est clair mais en raison de la répétition des idées et des chroniques, il devient lassant.
Pour ma part, le fait qu’il soit bref m’a permis de le terminer même si j’ai songé plusieurs fois à abandonner cette lecture car ce n’est pas du tout ma tasse de thé. Cela n’enlève rien au courage de l’auteur de publier ces idées dans un pays où la liberté de presse est réduite et où il risque sa vie à tout moment pour des propos qui froisseraient le pouvoir en place.
Mais bon, c’est un essai politique, pas une fiction donc je n’ai pas apprécié cet ouvrage.

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Automobile club d’Egypte – L’immeuble Yacoubian