Trafic de reliques

Peters, Ellis - Trafic de reliquesFiche identité

  • Titre du livre: Trafic de reliques
  • Auteur: Ellis Peters
  • Nombre de pages: 242
  • Édition: 10 x 18

Résumé

Cette histoire se déroule au Moyen Age, vers le XIIème siècle, et commence dans une abbaye bénédictine de Shrewsbury. Le prieur souhaite apporter des reliques de Sainte Winifred pour rehausser le prestige de l’abbaye. Mais ces ossements se trouvent en pays gallois et une partie des villageois s’oppose à cette translation. 

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

Avant toute chose, je tiens à remercier les personnes qui suivent régulièrement ou occasionnellement ce site web. Avec ce livre, je viens de franchir le 400ème article de ce blog. Je ressens toujours le même enthousiasme et le même plaisir qu’aux débuts dans cette belle aventure !
Bon, revenons à cet ouvrage que je classe dans la catégorie « Policier historique ». Nous accueillons un nouvel enquêteur sur ce blog: Frère Cadfael, un religieux très sympathique, ancien baroudeur et aventurier converti à une vie monacale. Il se retrouve mêlé à une enquête : un villageois, opposé au transfert des reliques de Sainte Winifred, est assassiné. Qui est le coupable ?
Ce n’est pas une enquête aussi alambiquée que ceux d’Agatha Christie mais elle a le mérite d’être relaxante. On va suivre une succession d’évènements, parfois un peu longuets, qui conduiront un groupe de moines bénédictins dans le hameau de Gwytherin. La conclusion est étonnante, je dirais même invraisemblable : comment se fait-il que personne n’ait fait le lien entre la disparition de …(chut ! je ne le dirais pas !) et le poids inhabituel des reliques ?  Sans compter qu’un cadavre frais dégage une odeur assez forte au bout de quelques jours ! Je ne suis pas satisfaite par la fin de l’histoire, ce qui explique cette note moyenne.
L’auteur insiste sur la place importante que détenait l’Eglise dans la société et évoque le cas des reliques. Les gens croyaient (et peut-être croient encore) que les reliques d’un(e) saint(e) étaient source de miracles et de bénédictions mais ils permettaient surtout d’augmenter la popularité d’une abbaye et donc les pèlerinages des fidèles.
Le style d’écriture est simple avec une touche d’humour de temps en temps. C’est facile à lire donc, malgré la note moyenne, je pense sérieusement à continuer la suite de ces enquêtes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *