Thérèse Desqueyroux

Fiche identité

  • Titre du livre: Thérèse Desqueyroux
  • Auteur: François Mauriac
  • Nombre de pages: 189
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

Thérèse a tenté d’assassiner son mari mais le juge déclare un non-lieu. Elle retournera auprès de cet homme qu’elle ne supporte pas et que, paradoxalement, qu’elle redoute.

Avis     Coeur-blogCoeur-blog

Contrairement à mes habitudes, je suis en train de lire des ouvrages courts car les contingences de la vie étudiante me rappellent à l’ordre. C’est ainsi que je suis tombée sur ce petit ouvrage, adroitement niché dans un coin de la bibliothèque.
Je sors de ce livre déprimée et maussade. Beaucoup d’éléments expliquent cette note passable. J’aurai voulu mettre moins mais un point m’a retenu. J’ai beaucoup aimé son style d’écriture : l’auteur a une façon de décrire les états d’âme qui est terriblement réaliste. J’ai senti les émotions et les sentiments de la narratrice. La psychologie du personnage principal est extrêmement bien travaillée. Mais…
Je ne l’ai pas aimé. Pour dire la vérité, je l’ai détestée. Thérèse est une femme mariée qui se révolte contre le carcan familial,  contre les habitudes bourgeoises de son entourage.  Elle ne supporte ni son mari qu’elle juge trop conventionnel ni son existence morne et oisif. Elle rêve d’être indépendante et de vivre librement à Paris. Elle est tellement obnubilée par son unique désir qu’elle tente d’empoisonner son mari, et par cet acte éloigne à jamais sa petite fille. Personne ne trouve grâce à ses yeux, sauf au début Anne sa belle-sœur, et ensuite Jean, un étudiant. Pour moi, je suis navrée d’utiliser ce terme mais cette femme est un « monstre », une personne sans cœur extrêmement égoïste et folle à lier.

Je comprends qu’elle ait envie de se changer les idées mais au point de renier son propre enfant, c’est inconcevable !  Je pense qu’elle est restée trop oisive et tout cette inoccupation lui a  donnée des idées noires : elle n’a jamais pu apprécier sa vie, ni la beauté de la nature, ni les gens qui l’entouraient.
En quelques mots c’est une lecture très tortueuse que je déconseille fortement aux gens déprimés !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Le noeud de vipères 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *