Soie

Baricco, Alessandro - SoieFiche identité

  • Titre du livre: Soie
  • Auteur: Alessandro Baricco
  • Nombre de pages: 142
  • Édition: Gallimard

Résumé

Nous sommes au XIXème siècle dans un petit village français dans le Midi-Pyrénées. Hervé Joncour exploite les vers à soie. Mais suite à une épidémie, il doit aller au Japon acheter de nouveaux œufs.

Avis     Coeur-blogCoeur-blog     

Je crois qu’en ce moment je traverse une série noire au niveau des ouvrages que je lis. J’espère que ça va bientôt s’arrêter !
C’est un ouvrage très célèbre dont j’ai entendu parler sur plusieurs sites, blogs, forums…Le suspens planait sur l’’histoire et n’y tenant plus, je l’ai emprunté à la bibliothèque. Que dire ? Je suis terriblement déçue.
Le style d’écriture est très épuré, d’une simplicité extrême. Des paragraphes entiers se répètent sur plusieurs chapitres sans apporter beaucoup plus à l’histoire. Mais c’est trop plat, trop fade, sans aucune description poétique ou une évocation qui fasse rêver. On assiste juste à une succession et une répétition d’évènements plus ou moins similaires.
L’histoire est très courte (et trop creuse à mon goût): l’auteur se focalise sur son thème principal  – la rencontre d’Hervé Joncour avec une femme mystérieuse et interdite – au détriment des autres détails. J’aurai aimé qu’il développe son voyage et son périple pour arriver au Japon, les émotions et les sentiments qu’ils l’ont animé ainsi que ceux de sa femme Hélène, de la jeune Japonaise, du villageois Hara Kei…
J’ai trouvé le personnage principal faible, mou et lâche. J’aurai aimé un homme beaucoup plus courageux qui prenne sa vie en mains et qui ne se laisse pas mener par les gens et par les évènements. Pour moi, sa vie est un vrai gâchis et il n’a jamais compris ce qu’il souhaitait réellement au détriment de son entourage, notamment sa femme. Il représente pour moi l’archétype de l’homme qui a raté son existence.
La fin aurait pu être originale mais elle ne m’a pas plu : les révélations sur la lettre tombe comme un cheveu dans la soupe, notamment les passages érotiques qui enlèvent le peu d’exotisme qui existait dans l’ouvrage.
En quelques mots, je ne vous le recommande pas du tout.

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Novecento: pianisteSans sang

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *