Peste et choléra

Fiche identité

  • Titre du livre: Peste et choléra
  • Auteur: Patrick Deville
  • Nombre de pages: 253
  • Édition: Points

Résumé

Jeune chercheur membre de l’équipe de Pasteur, le Dr. Yersin préfère quitter les laboratoires pour s’engager dans une existence remplie de voyages et d’aventures.

Avis     Coeur-blog     

C’est avec un soulagement intense que je termine ce livre que j’ai traîné comme un boulet pendant plus d’une semaine. Je n’en pouvais presque plus, j’ai failli craquer et abandonner plus d’une fois, mais ça y est, ouf, c’est fini et je m’en vais faire mon commentaire.
L’auteur nous partage ici la vie d’Alexandre Yersin, un homme méconnu et qui a pourtant eu une existence des plus riches en devenant au fil des années scientifique, explorateur et aventurier. Il a identifié le bacille de la peste et a aussi créé le sérum anti-pesteux ; il a exploré une partie de l’Asie notamment le Vietnam et le Cambodge ; il a contribué au développement de la région de Nha Trang par la création d’un laboratoire et de plantations.
C’est une histoire qui aurait pu être bien, mais le style de l’auteur a TOUT gâché. C’est lourd, indigeste, prétentieux et maniéré. Il utilise des phrases hachées et courtes, sans parfois ni sujets ni verbes. Son ton est monocorde, répétitif, un ennui total ! Pour résumer, c’est l’art de rendre un sujet à priori intéressant aussi rébarbatif que la lecture d’une notice de médicament !
Les interventions de l’auteur dans le récit ne servent à rien, sinon à montrer qu’il a bien creusé son sujet comme un bon élève, mais pour le lecteur, ces digressions sont inutiles. La chronologie est décousue et imprécise et à chaque chapitre, on a du mal à se situer par rapport à la vie de Yersin. Enfin, le personnage décrit par l’auteur est peu attachant puisqu’il semble un être froid et distant, orgueilleux et sans attaches. Je trouve que c’est dommage de réduire Yersin à cette image : je pense au contraire que c’était un visionnaire, quelqu’un avec un sacré caractère mais l’auteur n’a pas su exploiter ce potentiel.
Il y a un détail important à ne pas omettre : ce livre a bénéficié de « l’aide » de l’Institut Pasteur, donc ne vous étonnez pas de voir ici l’apologie de cette institution et une image de Pasteur bien trop idyllique (ce qui est gênant lorsqu’on connaît ces querelles avec Bécamp).
Je suis même étonnée que ce roman ait pu bénéficié d’un prix, vu la médiocrité de son style, mais bon, je dis ça, je dis rien !
A écarter des listes de lecture, à classer dans un carton dans le grenier !

2 réflexions sur “Peste et choléra

  1. Je suis bien d’accord avec cette critique. J’ai eu en outre l’occasion de rencontrer l’auteur, et ça ne m’a donné envie de lire d’autres oeuvres de lui. J’ai aimé découvrir la vie de Yersin, mais j’ai été gênée moi aussi par la chronologie de la narration et l’écriture ne m’a pas touchée. Autour de moi, les lecteurs ont souvent beaucoup aimé ce roman, et cette critique me conforte : je ne suis pas la seule à n’avoir pas apprécié 😉

    • Bonjour et merci d’être passée sur ce blog. Je pense que la vie de Yersin en soit est intéressante, et même à ce jour il reste une personnalité connue au Vietnam. C’est le style d’écriture qui a tout gâché. C’est la première fois que je lis cet auteur mais je pense que je ne tenterai plus cette expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *