Nouvelles de Pétersbourg

Fiche identité

  • Titre du livre: Nouvelles de Pétersbourg
  • Auteur: Nikolaï Gogol
  • Nombre de pages: 320
  • Édition: Folio

Résumé

Nous avons ici cinq nouvelles de Nikolaï Gogol qui se déroulent dans la ville de Pétersbourg. 

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog     

Après un moment d’absence sur ce blog pour des raisons professionnelles, je reviens pour vous présenter ces nouvelles. Gogol est un des auteurs russes que je n’ai pas encore lu mais que j’avais très envie de découvrir depuis un moment car il a beaucoup influencé la littérature russe.
Ce recueil de nouvelles se situe en Russie, à Saint-Pétersbourg.  Si un jour je visite cet endroit, j’aurai toujours dans un coin de ma tête l’atmosphère de cette ville décrite par Gogol. On sent le froid traverser la doublure du manteau, la longue Perspective Nevski et son lot de promeneurs à toute heure de la journée, les bureaux sinistres des fonctionnaires etc.
Ces récits sont très plaisants, avec pour quelques-uns d’entre eux, un aspect fantastique, absurde et parfois fantasmagorique : un nez qui disparaît, un portrait apparemment maléfique, les délires d’un fou qui lit la correspondance des chiens et qui se prend pour le roi d’Espagne. Les histoires tournent autour de la vie modeste de certains employés, la société russe où la misère et la splendeur se frôlent sans rarement se mélanger ; où l’apparence est la principale valeur morale. Quoi de plus gratifiant pour l’orgueil et la vanité qu’avoir le grade le plus élevé dans la hiérarchie administrative, le plus magnifique traîneau ou la plus jolie des robes en se baladant sur la perspective Nevski?
Le style d’écriture est soutenu, un brin ironique et sarcastique. J’ai souvent eu du mal à démarrer le début de ces récits, ponctués par quelques descriptions un peu longues. Mais, comme je l’ai dit plusieurs fois sur ce blog, les nouvelles ne sont pas mon genre de prédilection car l’auteur n’a pas le temps de développer pleinement ces idées et termine brusquement l’intrigue, ce qui explique l’absence du 5ème cœur.
A lire ? Absolument !

Autre(s) livre(s) de cet auteur commentés dans ce blog: Tarass Boulba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *