Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

Lee, Harper - Ne tirez pas l'oiseau moqueurFiche identité

  • Titre du livre: Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
  • Auteur: Harper Lee
  • Nombre de pages: 447
  • Édition: Le livre de poche

Résumé

L’histoire se déroule dans les années 1930, dans une petite ville d’Alabama nommée Maycomb. Atticus, avocat de la ville, et ses deux enfants y vivent.  Scout, la petite fille nous raconte trois années de son enfance, qui l’ont marqué, notamment le procès de Tom Robinson, un Noir accusé d’avoir violé une femme blanche.

Avis     Coeur-blogCoeur-blogCoeur-blogCoeur-blog

J’ai beaucoup entendu parler de ce livre et enfin (ouf !) je le découvre.  Ce fut une lecture très agréable et dont je garderai un très bon souvenir.
L’histoire se déroule durant une période où le racisme était très ancré dans le sud des Etats-Unis. Scout, la fille d’Atticus, un avocat, raconte ses souvenirs d’enfance. Le livre démarre lentement. Dans la première partie, nous entrons doucement dans son quotidien : les jeux avec son frère et un ami, les rumeurs et cancans du voisinage, les relations qu’elle entretient avec son entourage, les journées d’école…
C’est très plaisant mais j’ai attendu un long moment avant qu’un événement vienne basculer cette existence paisible. Son père va défendre Tom Robinson, un Noir accusé à tort d’un viol. Avec leurs yeux d’enfants, Scout et son frère Jem vont faire face à la complexité de la nature humaine. Je me suis beaucoup attaché à ces deux enfants si vifs, spontanés et intelligents : ils ont des réflexions matures mais aussi des bêtises plein la tête, une imagination débordante mais aussi une très forte sensibilité ; ils ne comprennent pas forcément tout mais ils devinent plus de choses que l’on croit. Leur père aussi, même s’il m’a paru distant au début, est un personnage qui m’a marqué. Pour moi il représente quelqu’un de bon, courageux et intègre qui essaie tant bien que mal de véhiculer ses valeurs à son entourage.
C’est un livre qui évoque l’enfance, le racisme omniprésent à cette époque dans le sud des Etats-Unis,  mais aussi un message  d’amour et de tolérance. Le style d’écriture est agréable,  léger et assez fluide malgré les petites longueurs du début. Pour finir en beauté une citation qui m’a marquée :
– Eh bien, la plupart des gens semblent penser qu’ils ont raison et toi non…
– Ils ont tout à fait le droit de le penser et leurs opinions méritent le plus grand respect, dit Atticus, mais avant de vivre en paix avec les autres, je dois vivre en paix avec moi-même. La seule chose qui ne doive pas céder à la loi de la majorité est la conscience de l’individu.
Un bon livre que je vous recommande !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *